Centres d’intérêt

 

Évolution INTELLECTUELLE et  APPROFONDISSEMENT… /

Du potinage à la réflexion.

Du potin à l’idée

                                                     par le Prof Bof.

 

Si on suit les conversations des gens qui nous entourent, on s’aperçoit vite que les centres d’intérêt varient beaucoup d’une personne à l’autre. Ce qui ennuie l’une, excite et passionne l’autre.  Devant un kiosque à journaux et à revues, on constate vite que les priorités (ou les goûts) d'un chacun varient terriblement…  Les livres et les journaux ont chacun leur clientèle,  chacun y trouve  ce qu’il cherche, ce qui va assouvir  ses curiosités…, ce qui va lui apporter une quelconque jouissance intellectuelle…

 

Et ces centres d’intérêt varient surtout avec l’âge, de l’enfant à l’adolescent, de l’adolescent à l’adulte,  à  la maturité intellectuelle… On pourrait se prendre pour Freud et parler de fixation à tel ou tel stade de développement sur une échelle qui serait supposément normale ou idéale. Ce qui n’exclut pas les régressions. L’éducation  tente tant bien que mal de faire évoluer les préoccupations d’un chacun, d’assurer le passage des curiosités les plus faciles à celles qui honorent le plus la condition humaine.

 

Pour un parent ou un éducateur, il est agréable de voir chez l’enfant changer le niveau de ses préoccupations,  de ses curiosités… Et contribuer à cette évolution  est un aspect   des plus nobles des parents et des éducateurs….

 

Bof, en simplifiant,  ramène ici à trois  les centres d’intérêt  par où un chacun passe ou peut demeurer fixé.

 

 

 

 

 

Niveau subjectif

 

Point de gravité….

Le moi

Tout est vu en fonction de la subjectivité  de l’individu.

Intérêt pour son « Je » et tout ce qui entretient un rapport affectif avec le moi.  Au départ on est tous immergés dans un monde qui est nôtre et tout est  en relation avec le moi. Amour, affection ou haine, aversion s’imposent  dès la naissance.

Le moi et ses émotions servent de lunettes (ou  mieux de cataractes) pour regarder la réalité  qui  constitue  l’environnement d’un chacun.

 

Gus, un exemple….En voyage, quelqu’un qui est incapable de prendre une photo d’un monument  ou paysage quelconque, sans obliger un voisin de prendre la photo avec « MOI » devant la tour Eiffel., « MOI » devant les chutes Niagara, « MOI » en haut de   l’Empire State…Sans le MOI présent la réalité est sans intérêt  et on n’a rien à  dire à son retour de  voyage…

 

Abondance de Moi et de Je,  mon ma, mes, etc.

 

Même les astres se penchent et tournent autour du Moi et se chargent de lui révéler sa destinée pour la journée dans  son horoscope.

Niveau objectif

Niveau réflexif

 

Au-delà des faits, l’intelligence veut comprendre

 

Approfondissement du point de vue.,

 Aller au fond des choses.

 

La première page du journal va encore t’intéresser mais tu auras hâte d’arriver à la page de réflexion, à la page éditoriale…

 

 Tu seras intéressé par-dessus tout à comprendre, c’est-à-dire  à réfléchir sur  les causes et les conséquences  des évènements,  à porter des jugements de valeur, à rechercher du sens dans les faits bruts,  à acquérir  et à confronter des « idées »…

 

Prioriser ce point de vue  plus englobant  te donnera le sentiment  d’être plus riche, d’être un être humain qui s’arrache un peu de   l’immédiat et  qui s’épanouit dans ce qui fait toute sa dignité. 

 

Ouverture sur la réalité en elle-même et pour elle-même.

 

Élargissement du point de vue. Décentration de l’intérêt.

Des choses, des  évènements, des faits, des personnes. deviennent  intéressants, prennent valeur en eux-mêmes et par eux-mêmes,  piquent la curiosité même si le sujet connaissant n’est pas impliqué subjectivement et émotivement. 

A opéré sa révolution copernicienne au plan de la connaissance… Savourer  le plaisir de connaître en  lui-même…

 

EX. Être capable de s’intéresser  à l’invasion de l’Irak même si on n’a pas un cousin, un mononcle,  qui est là et par où on pourrait amorcer la conversation et tenir le crachoir.

 

C’est tout à coup le goût et le plaisir  de s’ouvrir à l’immense diversité du monde matériel, du monde vivant, à l’expérience de l’humanité, à ses tragédies, comme à ses succès.

 

 

Extension

La curiosité  et  le sujet habituel de conversation se portent  sur le Moi, les miens, ma parenté, mes amis, mes voisins, mes

Le MOI s’‘identifiant à son « CHAR »

Entendu dans un  garage.

 

« Mon derrière est trop bas »

« Le bout de mon tuyau est noir »

« Mes noix sont mal serrées »

« Le soir, j’suis pas capable de me  mettre sur les grosses »

« J’ai de la boucane bleue qui me sort en arrière »

affaires, mon char, ma gang.

 

Par extension cette curiosité s’étend à toutes ces vedettes de séries télévisées (ou de cinéma) qui entrent  chez nous tous les soirs  Le succès du star system est  de rendre nôtre,  de nous faire investir sentimentalement  et émotivement au-delà, de l’art de la personne, dans la personne  elle-même, et de développer un culte de la vedette, les convertir en idoles,  de les intégrer à son monde, sa  « gang », à son « club »…

 

Le Star system s’étend très tôt aux vedettes sportives...  et au divers niveau d’esprit de gang, de mon club, au NOUS national… faisant face aux « étranges »

 

  Sportives ? Dans le fond, malgré les apparences, on s’intéresse  peu au sport mais à « son club », dont on connaît le pedigree de chaque vedette… Un match est sans intérêt si « son club » n’est pas impliqué, au moins indirectement. Voir Les grands spasmes d’identification : LE MONDIAL DU FOOTBALL.   Le « nous » en fusion autour du ballon.

Malgré tout ce qu’on peut en dire,  la nation ne nous intéresse à ce niveau que comme extension du « moi »

 

 

Extension

 

 Le Savoir  horizontal et en extension.

 

 Expérience de la variété, de la diversité et de la multiplicité des êtres dans un horizon donné qui est la première ambition de toutes les sciences ou disciplines à leur premier niveau.

 

 … Et les sciences plus formelles viennent compléter ces goûts déjà amorcés et cultivés par l’environnement culturel de son milieu et de son temps.

 

Intérêt pour l’histoire ou pour la géographie, pour ce qui se passe ou s’est passé ailleurs (Même si je n’y connais personne.)

 

 Tout ce qui existe est digne d’intérêt…

C’est fantastique, quand on y pense, Gus, ce que le petit être de l’homme peut emmagasiner d’être, d’êtres de tous les horizons, de tous les temps,  de tous les niveaux, du matériel (infime ou  presque infini) à toute l’échelle et diversité des vivants.  De quoi occuper quelques neurones à plein temps…

Mystère : s’approprier presque tout le réel en lui conservant  toute son objectivité…

 

L’histoire devient intéressante même si elle ne parle par de  «  moi ou de nous » . Prendre conscience de l’existence d’un « au-delà ».

 

Extension

 

Comprendre la réalité se fait par la recherche des causes et la saisie des relations entre les choses ou événement.

Significations et sens des événements, des faits

 

Contrairement aux deux niveaux précédents, tout se passe comme  si l’effort de réflexion tendait, avec plus ou moins de succès, vers l’unification, vers des solutions ou principes d’explication qui sont de plus en plus englobants…

 

Le grand rêve …la formule mathématique  ou l’équation  d’où on pourrait tout déduire ou expliquer …(voir Einstein) ou l’être unique au principe de tous les êtres  à moins que ce soit un de ces Bang qui continue à résonner  ou encore la matière originelle  qui s’est mise à se compliquer la vie.

 

 

Conversation

 

Commérage ou compérage……

Dans les   conversations,   impossibilité de parler objectivement d’un  problème posé, mais on parle de soi, de son vécu, en regard du problème.

 

Les conversations sont surtout faites de noms propres, tournant autour des personnes ayant un rapport avec « son  vécu »

 

Un évènement mondial  ne suscite de l’intérêt que si un parent, un « mon oncle », un voisin, quelqu’un que le Moi connaît ou s’y trouve relié, y est concerné

 

 

Conversation

 

Personnes, choses ou phénomènes intéressant en eux-mêmes… et susceptibles d’intéresser les autres.

 

Au début du secondaire se donnent des cours d’initiation à  la science… surtout lorsque les sciences se veulent descriptives…

Certains mordent à la chose,,, d'autres s’ennuient, ne se sentent pas concernés.

.

 

Conversation

 

Idées.

Théories, hypothèses.  Lois générales.

 

Nature des choses.

Aller au-delà des faits, pour les comprendre, les analyser,  penser  les causes, les effets, les conséquences, etc. Les mises en relation ou corrélation…Échanger dans les revues spécialisées.

 

Étude de l’histoire des sciences, des religions, de la philosophie…etc.

… En parler, c'est commencer à raconter le vécu de son parent, de son voisin,,,. Le moi déteint partout. La subjectivité déteint sur la réalité. Un peu comme si le moi était le centre de l’univers, un centre  qu’on s’est approprié, un monde pré Copernicien

Ex. On peut prendre le crachoir pour parler du Khalimanjaro  si un voisin ou un cousin  en a fait l’ascension.  Le sommet n’existe qu’à cette condition. 

                           

Séance de commérage ou de compérage : compétition à qui en sait le plus à propos d’un tel ou d’une telle… C’est à qui se montrera une  véritable encyclopédie en potins sur  les vedettes, sportives ou du spectacle, des voisins, des confrères, de la parenté…… ,le Wikipedia du quartier et de la famille, tout ce beau monde avec  lequel on entretient des rapports d'affection ou de haine,  qui se nourrissent de notre subjectivité.

 

 

Alimentation…

 

Journaux à potins et à scandales… Échos vedettes,  page des sports, ou le moindre exploit est  disséqué pendant des heures par différents spécialistes… ce qui permet d’entretenir  la flamme de notre subjectivité et de nos émotions…  

Sensationnalisme qui porte sur le particulier, le sang à la une du jour… Plus c'est près, meilleure est la nouvelle.

 

Toute la presse People…  A coté des artistes, le fonds de commerce de prédilection.  : les restes des familles royales européennes…… Angleterre et Monaco, en tête du palmarès. (Qui a dit que la royauté était une institution d’un autre âge?)

 

Les artistes ?  leur art passe en second, c’est la personne des artistes qui importe et qui est en mesure de  fournir des  sujets de conversation, de commentaires inépuisables… Comptabilité des divorces,, des mariages, des liftings, évolution du salaire ou du poids…, photos des châteaux,  des poupons,  des mariages ( dans l’ordre). 

 

Mentalité de groupie… C’est à qui connaît le plus d’anecdotes sur son idole?  À qui  manifeste le plus d’admiration et de fanatisme, à qui a placardé  le  plus de posters sur les murs de sa chambre, à qui crie le plus fort dans les spectacles,  à qui a lancé le plus loin ses petites culottes,  à qui   feint les meilleurs pâmoisons, à qui on a sorti en ambulance…… 

« Un grand amour comme le nôtre »

En somme, s’approprier quelqu’un ou plus exactement une image

Difficile d’admirer un exploit ou un héros sans se l’approprier,   MON héros ou ma vedette à MOI.

 

 

Alimentation…

 

Les premières pages d’un journal sérieux.

 

Les informations. Effort pour tenir compte de l’importance relative des évènements.

Intérêt pour la science quand elle se situe au niveau  descriptif.

A un certain  niveau descriptif,  la TV est maintenant avec la venue des canaux spécialisés un instrument incomparable si on se donne la peine de choisir ses émissions.  Il faut couvrir 24 heures par jour avec des documentaires. Histoire, géographie,  voyages, monde minéral, végétal, animal, tout y passe…

Prendre conscience de l’énorme diversité et richesse  de ce qui existe.

Être capable de goûter un match sportif même si on n’est pas impliqué émotionnellement, même si ce n’est pas   l’Équipe de MON pays, ou de MA ville. À QUOI JOUE-T-ON QUAND ON JOUE ?

 

A ce niveau on  demeure  habituellement dans l’expérience sensible, télégénique, (au moins héoriquement).

Des expériences de vie (romans, cinéma, théâtre) ayant valeur universelle  peuvent être des élargissements  du champ des préoccupations intellectuelles.

 

Alimentation…

 

Les éditoriaux, les commentaires.

Les jugements de valeur sur les événements.

 

La science expérimentale quand elle se veut explicative de la réalité,  formule des hypothèses, élabore des  théories.

 

La philosophie… qui ambitionne d’aller « au fond  des choses ».

 

Les religions, les mythes   tentent des explications et proposent des systèmes de compréhension du monde…

 

 

 

Fournisseurs de métier

Enquêteurs, détectives,  paparazzi, journalistes spécialisés …se chargent  de fournir le matériel,  photos scandaleuses ou compromettantes si possibles, statistiques  sur le nombre de divorces, photos de bébé, mariage (dans l’ordre ou le désordre)   La fortune au bout de la caméra…, pardon!  aux deux bouts de la camera…

Et les entreprises de publication « ad hoc »  qui encombrent  les kiosques, qui sont les plus faciles et les plus  rentables dans le domaine de l’édition. Toutes la presse people et  potins entretient  et nourrit ces curiosités.  Gus, quel serait l’épaisseur de Paris-Match sans têtes couronnées…

Gus, remarque que les gens dont Bof parle ici lisent souvent autant sinon plus  que ceux des catégories suivantes…On n’a qu’à regarder la pile de journaux à potins ou de revues,, etc.. qu’ils achètent chaque semaine…pour alimenter leurs passions identitaires…et leur curiosité, pour se retrouver avec les « leurs »,  pour se sentir d’un autre monde. ….

 Et nourrir leur conversation pour la semaine, pour faire étalage de leur savoir.

 

Gus pour voir la différence entre sciences dites expérimentales   et  savoir philosophique.

 

VOIR :

Types de connaissance :

Foi religieuse.

Science expérimentale.

Philosophie…

 

 

Période….

 

De 0 à 77 ans… (après  on oublie tout, c’est l’ Alzheimer qui fait le ménage de la mémoire… avant l’extinction du disque dur)

C'est une curiosité facile et spontanée. qui va de soi et sans effort.

Certains en restent  là, confinés à leur monde!

 

Gus, ne vient pas me dire  que ce n’est pas une source de bonheur ou de plaisir. Essaie seulement de priver les gens qui se complaisent à ce niveau  de   l’accès à leur littérature préférée. Tu les trucideras  moralement plus que si je te prive de ta lecture de  Lacan ou de Derrida

 

Avec le temps, certains   développent d'autres curiosités. L’intelligence perd ses cataractes. Les yeux se dessillent. Et l’individu sort de sa coquille et peut apprécier d'autres plaisirs de connaître.

 

Période….

 

Habituellement au début de l’adolescence, peut- être avant.

 

Ne se fait pas spontanément, ou nécessairement,  parfois jamais atteint, ou même peut être sujet à régression…

 

C’est l’effet d’une certaine « culture » de l’intelligence.

Assister à cet éveil, est une consolation pour les professeurs ou les parents.

 

« La curiosité, ce vice impuni » a-t-on dit.

 

Période….

 

Normalement vers la fin de l’adolescence. Maturité de l’intelligence…

Approfondissement illimité…

 

Quoique les questions les plus étonnantes, les plus métaphysiques, sortent parfois de la bouche  d'enfants de 6 ou  7 ans  qui s’éveillent à l’âge de raison.

 

Un philosophe, avec une pointe de mépris, a déjà dit que la métaphysique d’Aristote était  la pensée d’un enfant de 8 ans…Et si c’était plutôt les prémisses  de l’éveil de la raison.

 

 

 Interrogation ultime sur l’être.

Le sens cosmique. Le sens métaphysique…

 

 

« D’où venons-nous ? Qui sommes-nous ? Où allons-nous ? »

Gauguin. 1892

 

« Les animaux sont étonnants, l’homme est étonnant et étonné »

 

Même si un jour l’humanité devait capituler et s’en remettre  tout simplement  aux réponses dites expérimentales, le questionnement sur les fondements de l’être demeurera tout à  l’honneur de l’humanité et sa plus profonde distinction  de l’animal, la meilleure justification de son titre d'animal raisonnable.

 C’est un questionnement puissant, fondamental, qui s’éveille avec l’intelligence; il est au principe des mythes, des religions, des philosophies et d’une bonne part des sciences expérimentales…Celles-ci en principe s’imposent des limites, tant pour les points de départ que pour les points d'arrivée acceptables. La science s’arrête à des réponses théoriquement d'ordre expérimentable, mesurable ; des esprits plus exigeants, même s’ils  admirent les résultats de recherches et y sont même impliqués, sentent le hiatus entre leur  questionnement  et l’exigence propre de l’intelligence.

 

 Un praticien des sciences expérimentales a bien défini ce hiatus. Rostand, après avoir résumé ce que la science peut nous dire sur l’essentiel de ce qu’est l’homme, après  s’être presque amusé à durcir les positions, à  compiler  les énigmes laissées en pan  sur les problèmes essentiels,  conclut dramatiquement : « Tel est le message de la science. Il se peut qu’une science toute puissante réussisse , en définitive, à créer ce nouvel homme adapté à l’humain, satisfait de n’être que ce qu’il est, comblé par son destin étroit, guéri de tout rêve qui le dépasse. Mais il se pourrait aussi que l’humanité soit, dans son ensemble, incapable de soutenir la vérité de la science. Vérité ardue, accablante, oppressante… Parmi ses zélateurs eux-mêmes, il en est qui ne s’y rendent point sans détresse. Bien sure, ils ne peuvent faire autrement que d’y rester fidèles, mais il leur arrive d’envier ceux qui ne sont point empêchés,  par la nature de leur esprit, d’en concevoir une autre. » (Contexte plus large)

 

Fred Hoyle, le célèbre astronome, est plus direct : les explications qu’on nous donne (à propos de l’évolution) c'est comme si un Boeing 707  sortait tout équipé d’un dépotoir après le passage d’une tornade. (Gus, c’est vrai que nos dépotoirs sont pleins et de  plus en plus riches en contenu. Un  petit coup de  pouce du Hasard, et Oup! Le Boeing est dans le sac)

 

 

 

 

Dans une autre perspective,  Bof a déjà traité plus explicitement de cette évolution  des centres d’intérêt  et particulièrement de l’apport des sciences  et de la philosophie.

Le tout dans une perspective de la quête du bonheur, dans une espèce d’Échelle platonicienne : De la sortie de la Cavern , où l’esprit se met en quête du vrai.  VOIR. : BONHEUR. LA QUÊTE DU VRAI.  Suit ici un petit extrait.

 

 

 

 

 

 

Bof, assez baratiner, quelles sont ces questions ou problèmes si importants ?

 

. “Then we shall all, philosophers, scientists, and just ordinary people, be able to take part in the discussion of the question on why it is that we and the universe exist. If we find the answer to that, it would be the ultimate triumph of human reason—for then we would know the mind of God.”

 

 Stephen Hawking A brief history of time. 210

 

POURQUOI Y A-T-IL QUELQUE CHOSE PLUTÔT QUE RIEN ?? (Voir)  La question la plus simple, la plus radicale, parfois explicitée, le plus souvent implicite.

 

L’être peut-il jaillir spontanément du néant ?  Peut-on imaginer qu’avant quoi que ce soit  il y eut un néant absolu. (Voir)

 

Comment comprendre l’évolution de l’atome et la bactérie à toi et moi, Gus ? (Hasard ou finalité)

 (A propos du Hasard)     (Une centaine de textes de toutes tendances à ce sujet)

 

 

 

 

 

"La plus belle émotion que nous puissions éprouver est de nature mystique. C'est la puissance de tout art et de toute science véritable. Celui qui ne connaît pas cette émotion pourrait tout aussi  bien être mort. Savoir que ce qui nous est impénétrable existe vraiment, se manifeste par la sagesse la plus élevée et par la beauté la plus radieuse, que nos facultés restreintes ne peuvent appréhender que sous leurs formes les plus primitives, ce savoir, ce sentiment se trouve au cœur de la vraie religiosité. En ce sens, et en ce sens seulement, je compte au nombre des hommes profondément religieux. »

Einstein. Comment je vois le monde.

 Y a-t-il d’authentiques degrés dans l’être ou tout n’est que le réarrangement du même

 

 (Matière, vie, sensibilité, intelligence : comment les définir et les expliquer à partir du stade antérieur)

 Adopter le matérialisme pour la beauté du spectacle *

 

 

Qu’est ce que connaître ? On l’explique comme une pellicule  ou  un ruban qui enregistre…Mais un infini qualitatif sépare l’enregistrement et la connaissance. Comment définir ce « plus-être » si  effectivement  il y a une différence. (physico-chimie et émotion)

 

L’être humain, un animal comme les autres ou essentiellement différent ? (Voir)

 L’homme jouet des déterminismes qui pèsent sur lui ou libre et responsable de son action ? (Voir)

 

Y A-t-il  une DESTINÉE humaine?  un sens à l’aventure humaine ?

 

”For the scientist who has live by his faith in the power of reason, the story ends like a bad dream. He has scale the mountains of ignorance; he is about to conquer the highest peak; as he pulls himself over the final rock, he is greeted by a band of theologians who have been sitting there for centuries.” P. 66l          Robert Jastrow.  God and the astronomers

 

S’étonner d’exister, de se réveiller  le matin. Quel est ce fil qui me tient hors du néant ? …Et à quoi tout cela peut-il  bien rimer?  Certains capitulent devant ces interrogations fondamentales ou déclarent forfait, ils auront connu au moins pendant un certain moment le bonheur de savourer l’honneur d’être homme.

 

 

***Gus, attention . Se méfier du merveilleux de pacotilles  qui n’est qu’une dégradation  du sens du mystère.  Sa particularité est de plaire davantage  à l’imagination qu’à la pensée… occultismes, extra-terrestres, etc. 

A l’adolescence, c’est courant et par la suite un  substitut pour ceux qui sont  incapables de s’élever à ce dernier niveau de la réflexion.…

 

Adopter le matérialisme pour la beauté du spectacle *

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PHILOSOPHER AVEC le prof BOF

« être sérieux sans se prendre trop au sérieux »

 

NOUVEAU

CAPSULES: le prof bof pour les nuls ou les gens pressés

Brefs extraits ou capsules tirés des 30 sites du prof bof

 

A propos de

l’être humain

Petite histoire

des mentalités

divers

 

ORIGINALITÉ DE L’HOMME

HASARD ET EVOLUTION

LIBERTÉ (Une ILLUSION?)

CRÉATIVITÉ ET INVENTION    

SEXUALITÉ HUMAINE  

AGRESSIVITÉ (INNÉE ??)

TRAVAIL (Nature/histoire)

TOLÉRANCE (Jusqu’où?) +  

+++Relativisme éthique

 

 quête du bonheur

 

1.    MENTALITÉ PRIMITIVE

2.  PHILOSOPHIE GRECQUE  

3.  Monde CHRÉTIEN

4.  Monde moderne.(16e).   

5. LE SIÈCLE DES LUMIÈRES

6. 19e siècle (Scientisme)

7. Le 20e siècle 

8. Le 21e siècle

 

BRICOLAGE

 

(mON vERSAILLES À MOI)

 

GÉNÉALOGIE

(récents)

islam, islamisme, mahomet et le coran.

Le 21e siècle

. Alarmisme et catastrophisme

1, La quête identitaire.

2. gauche / droite

3. eINSTEIN EN IMAGES.

4. société de consommation

5. Mondialisation

7. le terrorisme

 

8. Écologie et catastrophisme

 

9. LA RÉVOLUTION  INDUSTRIELLE

Pour nous rejoindre

Il y a près de 15 000 liens hypertextes sur les sites (pages ou images).

Ne vous gênez pas pour nous signaler les liens défectueux ( et même les fautes dans le texte)