Recto LA ROULOTTE DU PLAISIR (48Ko)

VARIATIONS

SUR

LE

PLAISIR

 

Par le Prof Bof

 

 

Le plaisir dans la destruction

 

 

Étrange alliance du plaisir et de la douleur…La souffrance causée ou subie est en tant que telle source de plaisir…

 

Douleur sur  soi : Masochisme.

C’est incompréhensible pour plusieurs que l’on puisse trouver du plaisir à s’imposer des souffrances. Pourtant ça existe et un des grands apologètes de la chose  y a même laissé son nom, ou sa carte de visite..

Gus, la souffrance  non pas comme moyens pour atteindre des plaisirs supérieurs comme l’athlète qui s’entraîne. En ce sens la souffrance acceptée et endurée avec courage est presque la condition universelle de la plupart des réussites. Non, ici il s’agit du  plaisir de s’écraser le doigt dans un cadre de porte, non pas  pour être couronné champion du doigt le plus plat, mais simplement parce que c’est bon, c’est du bonbon. Et c’est moins cher que le filet mignon ou le bordel.

On pourrait  parler de détournement de mineurs (d’instincts mineurs, on s’entend!),  la souffrance est devenue plaisir.

 

Jouir à faire souffrir l’autre.  Le SADISME.

 (Gus, à la Révolution française, un dernier râlement de l’aristocratie, du moins d’un certain marquis)

 

Infliger des douleurs à un complice plus ou moins consentant pour arriver à s’exciter sexuellement. L’érection conditionnée par la souffrance de l’autre… et toute l’imagination  au service du plaisir pour diversifier les souffrances  de l’autre, pour fuir la monotonie dont on dit qu’elle est l’asphyxie du désir.

Gus,  Tu serais porté à penser que la solution idéale  réside dans la rencontre d’un sadique et d’un masochiste. Effectivement  il y a des clubs de rencontres pour les amateurs.

Mais tu devrais t’imaginer  le plaisir  que l’authentique  sadique prend à prononcer un NON jouissif aux supplications du masochiste  qui l’implore de lui faire mal: Fais moi mal. « NON » dit le sadique, le vrai,  tout excité.

 

   Attention Gus, l’autre jour on t’a surpris à dire à ta copine : Je te mangerais,,, sers moi fort…N’aurai-tu pas des tendances à ces déviations reconnues auxquelles  de grandes célébrités ont prêté leur nomSerais-tu jaloux de leur célébrité?

Si c’est le cas, pense à t’équiper : fouets multiples, colliers métal ou cuir, lanières, bottes (ne serait-ce que pour impressionner!)

 

Le plaisir dionysiaque

 

Exaltation du plaisir comme délivrance de la raison… Apologie de l’ivresse, de la folie.

 

Nabucco; SadowskiL’ivresse parfois vient par surprise après un verre de trop, mais pour Mosaïque de l'Ivresse d'Hercule (détail 1)certains c’est le but recherché  non pas seulement pour éviter de penser à son patron ou  oublier les comptes à payer. Pour certains, cette ivresse  prend un sens métaphysique, abolir sa condition humaine, en faisant taire la raison, perçue comme une gêne,  et  à la limite en rêvant de l’éliminer  comme obstacle à des états supérieurs.

 

Moins tu penses, plus tu es heureux.

Pour plusieurs le vrai plaisir c’est d’être parti, perdre les pédales, ou  encore partir en « voyage ».

 

Comme on ne peut rien, ou si peu,  sur la réalité extérieure, autant changer sa réalité intérieure.

 

Le plaisir comme transgression, comme défi.

.

 

LE DON JUANISME.

 

Le plaisir de violer un ordre transcendant qui s’imposerait, ou un ordre social accepté. Poser le plaisir au dessus de tout et s’y livrer comme un défi à tout ce qui pourrait sembler le limiter.

Séduire,  pour le plaisir sexuel sans doute,  mais surtout  pour le plaisir de détruire un couple et violer tout ce que la société, ou les individus concernés,  considèrent  comme valeur.

La jouissance est secondaire, l’orgueil métaphysique est prioritaire.

Dans Faust le plaisir est vu comme affirmation métaphysique, comme négation de toutes limites venant d’une nature, d’une finalité  ou d’une transcendance quelconque...

La femme trompée ou abandonnée n’a qu’à s’en prendre à elle-même pour ses malheurs, aux mythes d’amour éternel, de fidélité,  ou de châtiment, qu’elle entretient dans son imagination.

 

Gus, réussir un examen peut être un plaisir, même ta vanité y trouve son compte  si tu es le premier  mais as-tu pensé  que certains en jouissent  d’autant plus qu’ils ont réussi en trichant, et rient bien volontiers des petits cons  qui croient encore à l’honnêteté  ou ont peur des sanctions ou  ont la trouille de se faire prendre. Qu’en dirait le paternel !  Un doublé dans la réussite!

 

Mince consolation pour les victimes du vrai Don Juan : au dernier acte de l’opéra de Mozart  l’enfer s’ouvre pour accueillir le mécréant qui a osé s’en prendre à la vertu des vierges tout en blasphémant le ciel.

Pour les petits don juan à la pièce, l’histoire ne nous dit pas comment tout se termine…

 

Le plaisir comme « Fun »

 

 

 

 

 

 

Le plaisir carnavalesque : « lâcher son fou, » s’éclater.

Fuite du quotidien.

 

Le plaisir est quelque peu  artificiel, il se situe en  marge de la vie, à date fixe ou sur rendez-vous. L’important est d’avoir l’air d’avoir du fun. Souvent on aboutit plus à un  simulacre de plaisir, à un faire semblant qui oblige tout un chacun  à s’efforcer de rire pour au moins montrer que l’on s’amuse et que l’on est bien du party.

 

Certains ont pensé que ce « fun » quand il devient une obsession  était plutôt un signe d’échec  et un aveu  d’impuissance face à des plaisirs plus authentiques.

 

« L’important aujourd’hui est de s’amuser, ou d’avoir l’air de s’amuser, ou de penser qu’on s’amuse, ou au moins de faire semblant de s’amuser. L’homme qui ne s’amuse pas est suspect » (Lobsenz)

Malheureusement ce fun, habituellement  innocent, s’accompagne assez souvent de gestes anti-sociaux.

Le plaisir  de quitter les cours, qui parfois ne méritent pas mieux,  pour une démonstration de rue improvisée pour on ne sait trop quoi mais au moins pour avoir le plaisir  de se mesurer avec  la nouvelle brigade féminine de la police municipale..  qui se terre derrière ou sous les voitures et s’efface sous les masques qui gaspillent  leur maquillage.  En prime le plaisir fou de voir toutes les vitrines des magasins en éclat… 

« Maudit, qu’on a eu du fun!»

Aller rejoindre à Pâques les étudiants américains  sur les plages de Floride et terroriser la population locale qui s’est barricadée.

« Maudit, qu’on leur a fait peur »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le plaisir comme joie de vivre.

 

 

 

 

 

 

 

Se situe au niveau pré réflexif, non pas irrationnel mais pré rationnel,

 

Le plaisir  de sentir la vie organique en soi, le plaisir du jeune enfant qui semble prendre un plaisir évident à faire ses premiers pas en gambadant,  le plaisir de se sentir immergé tout â coup dans la nature, le plaisir  de se réveiller le matin, toujours existant et avec tous ses morceaux. Et qui en prime fonctionnent  en silence sans signaler douloureusement leur présence.

 

Cette joie biologique de vivre, on la retrouve également dans la vie animale, particulièrement chez les jeunes animaux quand ils en sont encore au stade de l’étonnement et de la découverte.  Il suffit de regarder une grappe de chatons grimpés  dans les rideaux et qui se tirent la queue pour s’en convaincre.

 

C’est le plaisir de ceux qui habitent des pays de neige de voir les premières journées chaudes du printemps : le  soleil, la fonte précipitée de la neige qui a  manifestement peur de se retrouver surprise, honteuse, encore  en place en Juillet, le bruit léger de l’eau dans les rigoles que les enfants ont creusées et le premier rouge-gorge qui vient avertir ceux qui ne s’en  seraient pas aperçus que le printemps est arrivé.

 

Plaisir d’une certaine intégration cosmique  à travers les saisons et les grands évènements de la vie que les primitifs et les modernes ont toujours célébrés avec joie, les naissances, les mariages, les équinoxes,  les solstices auxquels on s’est empressé de  greffer des fêtes religieuses ou nationales.

 

Sens de la vie, sens de l’appartenance à la vie nationale, sens de la communauté, etc. Cette exubérance se traduit par le sens de la fête, de la fantaisie, par des rites ou célébrations, ou  excès de décoration ne serait-ce que pour changer l’humeur.

 

L’homme moderne, sur la réserve, a parfois l’impression d’être dépouillé de sa modernité surtout quand il voit d’autres peuples, plus simples, s’abandonner à la joie de vivre.

          

SUITE : BONHEUR DE CROISSANCE, PLAISIR D’ « ÊTRE PLUS ».

 

 

ACCUEIL

1. BONHEUR DE TRANQUILLITÉ  « Être moins » La paix avant tout.

Faire face à l’adversité de la vie..

 

 a. le Stoïcisme S’endurcir, se faire un dos de canard……

 b. Schopenhauer. S’évader du pire des mondes…

 c. Le Bouddhisme… Mort à Soi.…Extinction du désir…

 

2. Bonheur de plaisir. « Le plaisir d’être », de jouir de la vie.

a. Hédonisme, Épicurisme

b. Variations sur le plaisir. Fun. Sadisme. Masochisme. Don juanisme.

 

3. Bonheur de croissance. Le plaisir de s’accomplir,       

a. Le monopoly de la vie.  Les avenues à explorer

b. La dialectique du Vrai.  Le plaisir de s’ouvrir au monde.

c. La dialectique du Beau.   Le plaisir d’admirer de mieux en mieux

d. La dialectique du Bien.  Quoi faire de sa vie ? Etre plus…

e. Ouverture aux autres…Le plaisir d’aimer et de s’ouvrir à autrui.…

 

 

 

 

PHILOSOPHER AVEC le prof BOF

« être sérieux sans se prendre trop au sérieux »

 

NOUVEAU

CAPSULES: le prof bof pour les nuls ou les gens pressés

Brefs extraits ou capsules tirés des 30 sites du prof bof

 

A propos de

l’être humain

Petite histoire

des mentalités

divers

 

ORIGINALITÉ DE L’HOMME

HASARD ET EVOLUTION

LIBERTÉ (Une ILLUSION?)

CRÉATIVITÉ ET INVENTION    

SEXUALITÉ HUMAINE  

AGRESSIVITÉ (INNÉE ??)

TRAVAIL (Nature/histoire)

TOLÉRANCE (Jusqu’où?) +  

+++Relativisme éthique

 

 quête du bonheur

 

1.    MENTALITÉ PRIMITIVE

2.  PHILOSOPHIE GRECQUE  

3.  Monde CHRÉTIEN

4.  Monde moderne.(16e).   

5. LE SIÈCLE DES LUMIÈRES

6. 19e siècle (Scientisme)

7. Le 20e siècle 

8. Le 21e siècle

 

BRICOLAGE

 

(mON vERSAILLES À MOI)

 

GÉNÉALOGIE

 

 

Pour nous rejoindre

(récents)

islam, islamisme, mahomet et le coran.

Le 21e siècle

. Alarmisme et catastrophisme

1, La quête identitaire.

2. gauche / droite

3. eINSTEIN EN IMAGES.

4. société de consommation

5. Mondialisation

7. le terrorisme

 

8. Écologie et catastrophisme

 

9. LA RÉVOLUTION  INDUSTRIELLE

Il y a près de 15 000 liens hypertextes sur les sites (pages ou images).

Ne vous gênez pas pour nous signaler les liens défectueux ( et même les fautes dans le texte)