2. Bonheur de

JOUISSANCE

par le Prof Bof

 

Gus, un pas au-delà de ceux qui, pessimistes, préfèrent ne pas être plutôt qu’être.

La vie a quelque chose de bon et dans l’immédiat elle offre bien des plaisirs qu’on serait bien stupide de refuser. Donc ici une adhésion à la vie, à tout ce qu’elle peut apporter, surtout dans l’immédiat.

L’être humain est doué de sens et de pulsions qui ne demandent pas mieux que de  trouver leur objet et le plaisir qui va avec.…. Plaisir est traditionnellement associé à plaisir  des sens; évidemment le terme pourrait s’étendre aux  formes les plus subtiles ou  éthérées mais il vaut mieux garder ce sens pour notre troisième type de recherche du bonheur.

 

Le plaisir, si tu regardes les choses de haut, en philosophe, Gus, si tu tentes de survoler l’évolution de l’amibe à l’homme et si tu t’arrêtes au moment, grandiose au plan de l’évolution de l’être, à  ce moment, pour le moins miraculeux, où est apparu « la première sensation », tout comme est apparu un jour, le premier vivant. Cette première sensation a du être très sommairement  l’expression psychologique douloureusement « sentie » d’un manque, d’un  déplaisir suivie  une fois comblé d’une satisfaction,  d’un plaisir. Un tout nouveau contact avec le monde extérieur se développera progressivement: voir, entendre,  passer à l’action sous l’effet d’une souffrance, d’un désir, actions qui vont habituellement et la plupart du temps dans le sens de la vie, de la vie de l’individu en tous cas. Le plaisir  est le truc le plus merveilleux  et le plus efficace, tout en étant éminemment simple, que la nature a inventé pour assurer  la survie  de l’individu et la perpétuation de l’espèce.  Le plus étonnant est sa force et son efficacité,  on serait tenté de dire sa trop grande puissance : si le plus souvent il  est au service de la vie, il peut facilement déraper et aller à l’encontre de ses premières finalités et se tourner contre la vie.

 Bof en a déjà parlé, Gus, et a tenté de célébrer de son mieux ce grand avancé dans les niveaux d’être qui progressivement se sont élaborés dans  l’histoire de la vie. Si tu veux récapituler avant de continuer. Voir.

HASARD ET EVOLUTION    SEXUALITÉ HUMAINE  

Si on revenait à notre  gamme dans la présente mélodie du bonheur, du bonheur de plaisir, on pourrait avoir quelque chose qui ressemblerait à ce qui suit.  En se plaçant d’un point de vue philosophique, du moins de l’histoire  de la philosophie, on pourrait faire le tour du problème en explorant  les facettes variées du plaisir que l’humanité a explorées, dénoncées ou célébrées.

 

Gus, entre nous, en passant,  un proverbe : « Heureux ceux qui sont capables de rire d'eux-mêmes, ils n’ont pas fini de s’amuser » 

 

   

 

 

 

 

Be wicked for a week...Hedonism IIL’hédonisme

Qui pourrait se définir par la recherche du maximum du plaisir.

Si on obéit à cet impératif, il faut évidemment mettre la raison ente parenthèse, éviter de penser aux conséquences pour autrui, tout ce qui pourrait être une entrave au plaisir.  Gus tu te vois avec devant toi un sadique qui aurait comme principe que rien ne doit l’arrêter dans la recherche du plaisir.  Le plaisir avant tout…  De fait rares sont ceux qui  poussent à sa limite cette option.. mais même si on ne va pas jusqu’aux extrêmes, il reste que pour certains leur ambition va dans ce sens.

  Leur désir profond est de profiter de tout ce qui passe… Une disponibilité totale à tout ce que la vie peut leur présenter. Une seule peur, avoir à regretter un jour  d’avoir passé à coté d’un plaisir qui  s’offrait spontanément.

Une expression populaire rend assez bien compte de cette attitude.. et ses conséquences : « brûler la chandelle par les deux bouts ». Passe encore quand la chandelle est assez longue mais ce n’est pas donné à tous.

 

Le plaisir a une limite, il se goûte dans le présent… La perspective du plaisir est une certaine souffrance qui est typique de tout désir, et  son Hedonism I Hot Sheetsouvenir est plutôt une souffrance.  Certains ne sont pas d’accord tout à fait : déçu peut-être de ses performance, un écrivain avouait que le moment le plus délicieux quand il allait voir sa maîtresse était quand il montait l’escalier..  C’est l’ambiguïté du désir…On peut aimer prolonger le désir, l’entretenir, le retarder. Mais seulement avec la certitude qu’un jour il sera comblé, sinon on tombera dans une autre version du plaisir, le masochisme.

Le désir, un  plaisir ou une  peine, Gus ? Regarde un beau livre de recettes bien illustré en fin d’après midi.  A moins d’avoir vider le frigo pour ta collation, il est fort possible que tu salives goulûment, que tu en baves d’appétit.   A toi d’analyser : est-ce plaisir ou peine?  Et si tu restais sur ton appétit, si ton désir tournait à vide sur lui-même.

 

 

Gus, attention. Entre nous

La première fois que tu mordras ta petite amie dans le cou tu t’étonneras peut-être qu’il n’y ait pas plus de cannibales..

   L’hédoniste vit dans le présent… Il veut tout et tout de suite.  Le plaisir, du moins les modalités choisies par l’hédoniste, ne  constitue pas un état.  Sa  faiblesse est de ne savoir investir…, investir dans la souffrance à l’occasion pour s’assurer  certains plaisirs ou investir dans la renonciation, dans certains refus de l’immédiat pour un plus grand plaisir à venir… du moins pour éviter des maux qui parfois découlent de certains plaisirs, ou tout au moins de l’abus. 

 

 

 

 

 

 

 

2. ÉPICURISME

ÉPICURE (341-270 av. J.-C.) a le mérite de situer sa philosophie du plaisir dans un contexte métaphysique emprunté à Démocrite dont il tire toutes les  conséquences au point de vue de la conduite de la vie.

Pour lui et Démocrite  l’homme comme toute réalité  n’est que matière, il n’est qu’un  paquet d’atomes,  des atomes qui doivent à leur configuration  et au  hasard des rencontres « le singulier privilège d’affirmer leur existence ».  Épicure tire les conséquences morales de ce matérialisme. Il est inutile de vivre en fonction de créations de notre imagination, de dieux auxquels on aurait à rendre des comptes, ou de récompenses ou châtiments qui nous attendraient après notre mort qui ne serait pas définitive.  Celle-ci n’est que la dissolution du tas d’atomes qui nous donnent vie. Les avenues sont ainsi libres pour jouir de la vie au maximum dans la présente vie sachant qu’il n’y en a pas d’autre à espérer ou sur laquelle miser.

 

Pour Épicure la conclusion s’impose : il reste à profiter au maximum de tout ce qui peut combler notre existence. Il est cependant beaucoup plus subtil qu’un vulgaire hédoniste dans la recherche du plaisir, il est plutôt en quête d’un optimum du bonheur qui réside ultimement dans le plaisir. La raison intervient, non pas pour coiffer ou encadrer le plaisir qui demeure l’objectif ultime, mais pour le servir.., pour calculer et tirer le meilleur de la vie. Brûler la chandelle, oui, mais par un bout à la fois… c’est plus raisonnable... et ça éclaire mieux et ça dure plus longtemps.

 

 

Trois sortes de plaisir.

 

 

 

1) DES PLAISIRS NATURELS NÉCESSAIRES…

 

 

 

 

Boire, manger dormir, etc. Avoir le corps en paix, ne pas ressentir la douleur en vain. Autant de plaisirs qui sont positivement  à rechercher.

 

Épicure, qui n’était pas un playboy, mais un sage malgré le discours officiel, était de plus de santé fragile, il était de nature à apprécier le fait simplement de ne pas avoir mal à l’estomac, de pouvoir rassembler ses idées sans être distrait par un mal de tête...

 

Sans parler des populations pour qui ne pas souffrir de la faim (Gus, de la vraie faim, celle de deux jours, pas celle de  cinq heures du soir) est un des plaisirs les plus délicieux qu’offre l’existence mais que nous, malheureusement ou heureusement, on n’est pas en mesure d’apprécier

 

 

Gus, le WD-40 et Épicure.

 

Quand un vieux mécanisme grinche de toutes parts,  un peu de wd-40 et il se met à ronronner d’aisance dans un silence impressionnant.

Pour les malades chroniques, se réveiller et  pouvoir fonctionner sans prendre conscience des mécanismes à l’œuvre, quel   repos, quelle quiétude!  le  Bonheur dans le WD-40, dans le ronron des organes, qui fonctionnent sans s’obliger d‘en    prendre une conscience douloureuse. Gus, des genoux qui fonctionnent et qu’on oublie.., qu’on ne pense même pas à remercier  pour leur dévouement si discret.

 

 

 

C’est le premier et le plus essentiel des bonheurs de plaisir, le plaisir à l’état le plus pur.  Négligé par les fêtards ou les clubs de rencontre.  Au départ des bateaux de croisière, étant donné l’age de la clientèle, partent désormais avec des  provisions de wd-40, histoire de soulager l’arthrite et de faire varier les sujets de conversation.

 

 

 

2. Des plaisirs naturels non nécessaires.

 

 

 

Épicure invite à se contrôler,  à ne pas perdre les pédales,  face à cette sorte de plaisir : le luxe, la grande richesse et tous les artifices que elle peut procurer.

(Épicure te dit, Gus, qu’il n’est pas nécessaire d’avoir un 4X4 pour être heureux,  une petite voiture peut suffire,  même le métro ou encore connaître le plaisir de la marche… quand tu as, chanceux, l’usage de tes deux jambes).

 

 

 

Bof lisait dernièrement qu’une vedette américaine de la TV faisait démolir quelques maisons à New York pour construire un garage pour loger ses 80 voitures de luxe.

Un sportif renommé succombait également à cette fièvre, mais le malheureux était profondément frustré, il n’avait lui que 40 voitures de luxe, un minable comparé à l’autre dont les journaux parlaient.  Mince consolation, ses voitures à lui étaient percées et reconfigurées pour qu’il puisse y loger son énorme gabarit. (Gus, le quotient intellectuel prend très peu de place…  mais le derrière !)

Le veau d’or s’est motorisé…!

 

Un autre, chef de secte célèbre, fait adorer sa collection de  Rolls-Royce pour être bien sur que ses fidèle ne succomberont pas au mépris des richesses matérielles.

Malheureux! Perte de contrôle, besoin d’un cours de conduite ! dirait Épicure…

 

 

 

 

 

3. Des plaisirs artificiels et imaginaires.

 

 

 

 

Épicure dénonce dans la recherche du plaisir une troisième catégorie qui au total est source de souffrances, de déceptions ou de frustrations. Ce sont des plaisirs qui ne sont pas naturels.

Ce sont entre autres la gloire, les honneurs, le pouvoir… et même la passion, les désordres de la passion, l’épate des voisins.. qui ne sont pas des exigences de la nature mais  des égarements de l’imagination qui nous fait croire à leur nécessité.

 

Ces PLAISIRS sont à  proscrire. On y risque  d’être plutôt victime de notre imagination qui nous fait faussement paraître des choses non exigées par la nature comme  bonnes alors que le prix à payer ou l’effort à investir n’en vaut pas le coup.  Gus, l’ imagination produit devant l’individu une carotte virtuelle comme la vraie carotte qu’on suspend en  face de l’âne pour le faire avancer.

 

RAISON ET PLAISIR.

 Le premier conseil qu’Épicure donnerait à un apprenti jouisseur, à un novice dans la recherche du plaisir, qui est pour lui  le but de la vie : Sers-toi de ta tête.  La raison intervient cependant non pas comme directrice pour limiter ou interdire à l’occasion certains plaisirs  ou encore pour assurer à la personne  un salut quelconque dans un au-delà tout aussi quelconque. Non, la raison est un instrument au service du plaisir, mais elle sert pour arriver à l’optimum du plaisir. Quelques conseils d’une simple sagesse :

 

 

Eviter les plaisirs qui au total comportent plus de peines. La raison comme calculatrice à plaisir…La raison à la différence des sens peut penser le futur et prévoir des  conséquences.  L’art  de l’optimum.

 

Accepter des peines ou des souffrances s’ils sont des conditions pour de plus grands plaisirs.  La souffrance en tant qu’investissement pour un optimum de plaisir.. La raison peut s’ouvrir au présent et au futur, elle peut connaître comment le présent conditionne le futur. Gus, tu connais sans doute des ratés de ton âge qui sont dans la misère au coin  de la rue à faire la manche et qui ont refusé un petit effort quand c’était le temps et ont préféré un petit plaisir. Épicure leur dirait : « Vilains petits jouisseurs, va! »

 

Modère la  consommation des plaisirs  pour les goûter davantage.

Gus, Épicure a retenu sans doute la devise de la Société des Alcools du Québec ( à moins que ce soit l’inverse) : « La modération a bien meilleur goût… »  Épicure en connaisseur diagnostique un des  dangers qui guette la recherche effrénée du plaisir, l’écoeurement, le phénomène de l’enfant gâté,  du play-boy blasé … L’abus peut rendre inapte à jouir  ou  tout au moins  diminuer l’acuité des sens.

 

 

 

SUITE : AUTRES VARIATIONS SUR LE PLAISIR.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ACCUEIL

1. BONHEUR DE TRANQUILLITÉ  « Être moins » La paix avant tout.

Faire face à l’adversité de la vie..

 

 a. le Stoïcisme S’endurcir, se faire un dos de canard……

 b. Schopenhauer. S’évader du pire des mondes…

 c. Le Bouddhisme… Mort à Soi.…Extinction du désir…

 

2. Bonheur de plaisir. « Le plaisir d’être », de jouir de la vie.

a. Hédonisme, Épicurisme

b. Variations sur le plaisir. Fun. Sadisme. Masochisme. Don juanisme.

 

3. Bonheur de croissance. Le plaisir de s’accomplir,       

a. Le monopoly de la vie.  Les avenues à explorer

b. La dialectique du Vrai.  Le plaisir de s’ouvrir au monde.

c. La dialectique du Beau.   Le plaisir d’admirer de mieux en mieux

d. La dialectique du Bien.  Quoi faire de sa vie ? Etre plus…

e. Ouverture aux autres…Le plaisir d’aimer et de s’ouvrir à autrui.…

 

 

 

 

 

 

PHILOSOPHER AVEC le prof BOF

« être sérieux sans se prendre trop au sérieux »

 

NOUVEAU

CAPSULES: le prof bof pour les nuls ou les gens pressés

Brefs extraits ou capsules tirés des 30 sites du prof bof

 

A propos de

l’être humain

Petite histoire

des mentalités

divers

 

ORIGINALITÉ DE L’HOMME

HASARD ET EVOLUTION

LIBERTÉ (Une ILLUSION?)

CRÉATIVITÉ ET INVENTION    

SEXUALITÉ HUMAINE  

AGRESSIVITÉ (INNÉE ??)

TRAVAIL (Nature/histoire)

TOLÉRANCE (Jusqu’où?) +  

+++Relativisme éthique

 

 quête du bonheur

 

1.    MENTALITÉ PRIMITIVE

2.  PHILOSOPHIE GRECQUE  

3.  Monde CHRÉTIEN

4.  Monde moderne.(16e).   

5. LE SIÈCLE DES LUMIÈRES

6. 19e siècle (Scientisme)

7. Le 20e siècle 

8. Le 21e siècle

 

BRICOLAGE

 

(mON vERSAILLES À MOI)

 

GÉNÉALOGIE

 

 

Pour nous rejoindre

(récents)

islam, islamisme, mahomet et le coran.

Le 21e siècle

. Alarmisme et catastrophisme

1, La quête identitaire.

2. gauche / droite

3. eINSTEIN EN IMAGES.

4. société de consommation

5. Mondialisation

7. le terrorisme

 

8. Écologie et catastrophisme

 

9. LA RÉVOLUTION  INDUSTRIELLE

Il y a près de 15 000 liens hypertextes sur les sites (pages ou images).

Ne vous gênez pas pour nous signaler les liens défectueux ( et même les fautes dans le texte)