http://www.profbof.com/ecologie/greenpeace_files/image019.jpg

Le cirque de la terre

 

GÉANTS VERTS, ZODIACS ET

DÉBOIRES DE LA VERTU

 

http://www.profbof.com/ecologie/greenpeace_files/image020.jpg

                         

     Profbof.com

(thèmes ou chapîtres)

(Bestbof) Capsules  (pages. extraits)

Pensées en Vrac

Brèves réflexions

Pour nous rejoindre

 

Qui suis-je ?

 

 

GREENPEACE

 

    Haroun Tazieff : " Greenpeace ne procède que par terrorisme intellectuel, fondé la plupart du temps sur des affirmations mensongères "

En Scandinavie, un documentaire intitulé "The Rainbow Man " (1993) met en cause la probité des dirigeants de Greenpeace - Greenpeace a fait pression auprès des autorités pour interdire sa diffusion.
 
HISTOIRE

 

Parti d’un groupe de contestataires ou déserteurs américains qui en voulaient à la guerre et à la société de consommation dans les années soixante.  Première excursion en 1971 sur un vieux rafiot contre des expériences nucléaires américaines. En Nouvelle Zélande, rencontre avec David McTaggart. Ce Canadien, ancien champion du monde de badminton, naviguait sur un voilier de 40 pieds et avait intérêt à se tenir loin vu plusieurs accusations d’escroqueries contre lui (entre autres faillites frauduleuses). Il n’avait aucun passé d’écologiste ou de défenseur de l’environnement, mais l’aventure l’intéressait. Il répondit à une petite annonce d’un groupe qui recherchait un skipper pour se rendre à Mururoa où avait lieu les expériences nucléaires françaises. Il devint président de Greenpeace.

A un moment donné, Greenpeace fut  sauvé de la faillite par un don mystérieux. C’est McTaggart qui eut l’idée des coups médiatiques.  Un bon « show » audacieux et imprévisible vaut une manifestation de plusieurs milliers de personnes. Ce sera la recette de Greenpeace : une minorité (parfois infime)  d’individus s’impose aux média et aux politiciens, sans avoir à se faire élire. Greenpeace est passé maitre dans l’art de monopoliser l’attention des media. Il pratique un activisme para électoral et   court-circuite la démocratie, du moins le processus électoral tout en intimidant les grandes corporations.

Gus, une banderole sur le Christ de Rio vaut combien de discours et de votes….C’est le spectacle en opposition a la boite de scrutin pour faire prévaloir ses volontés.

Le règne de McTaggart se termine en 1995 et il est remplacé par Thilo Bode, qui était à la tête de la section allemande, la plus agressive.

Aujourd’hui l’organisation a 45 bureaux dans 33 pays et compte 23 000 permanents.

Le siège de la multinationale verte est à Amsterdam, dans l’édifice cossu d’une ancienne banque. Parmi les dirigeants, des banquiers professionnels experts en donations anonymes et en paradis fiscaux.

Aujourd’hui Greenpeace possède huit bateaux de gros tonnage, un hydravion, vingt canots Zodiac, deux hélicoptères, une montgolfière, une vedette rapide. Le seul entretien du matériel coûte $5 millions par année.

 

 

LE CIRQUE DE LA TERRE.

 

 

Deux grands cirques ont pris naissance au Canada, le Cirque du Soleil et le Cirque de la Terre.

greenpeaceChacun occupe d’anciennes usines désaffectées (à Montréal et à Hambourg) pour entraîner clowns, athlètes, spidermen, commandos  pour réaliser des http://www.profbof.com/ecologie/greenpeace_files/image022.jpgprouesses qui en mettront plein les yeux  des spectateurs. Et l’un est totalement gratuit, il suffit de regarder la TV le soir (abordage, alpinisme, escalade, plongée sous-marine, embardée de Zodiacs, costumes de mascarade, etc.)

Et on attend le prochain spectacle avec impatience.

 

Un permis de vandaliser  si  « c’est pour la bonne cause… »

 

TÉMOIGNAGE DE QUELQUES « DÉFROQUÉS »

 

 

Patrick Moore

 

 

 

 

 

Un des fondateurs. Il reste avec Greenpeace durant 15 ans. Son PhD confère une certaine légitimité scientifique au groupe. Il est le porte parole du mouvement en matière scientifique. Il http://www.profbof.com/ecologie/greenpeace_files/image023.jpgconsidère ses anciens collègues comme un gang de Luddites qui ont fini par dominer une portion importante du mouvement écologique durant les années 80 et qui furent particulièrement habiles à monter des campagnes contre la pollution  qui sont davantage anti-industrialisation, anti-globalisation, anti-science, anti-technologie,  anti-capitalisme, anti-business, anti-corporation et qui ont une allure foncièrement politique.  Il considère ses anciens collègues comme « aveuglément  technophobes »

 

Dans ses anciens amis, il voit plusieurs ex-marxistes qui sont des melons d'eau, rouges à l’intérieur, verts à l’extérieur..

 

Il quitta Greenpeace en 1986. « J’étais contre trois ou quatre choses à chaque jour pendant quinze ans, et j’ai  réalisé que j’aimerais être en faveur de quelque chose pour faire changement. …Nous avions réussi à ce que la société voie les choses de notre façon. J’aime à dire, « qu’il était peut-être temps de penser à des solutions plutôt qu’être toujours braqué sur les problèmes ». La lumière se fit pour lui quand il entendit parler de « développement durable ».

 

Il organisa des « salmon farms » et pris la tête de l’Association…  jusqu’au moment où  Greenpeace entreprit de le démolir en prétendant que ces fermes d’élevage polluaient l’océan. Ses anciens compagnons l’ont traité de tous les noms, allant de la traîtrise à l’opportunisme en passant par Judas pour ceux qui se souviennent d’un certain texte..

 

Il lutte actuellement pour promouvoir les OGM. Il a  défendu le riz doré qui pourrait prévenir la cécité d’un demi million d’enfants chaque année.  Modifier un gène dans le riz : « Is this Armageddon? » « Le Moyen Age est toujours au coin de la rue »…et il se méfie de l’agenda antiscience  de Greenpeace et de ceux qui les suivent.

 

« Le mouvement environnemental  a perdu son objectivité, sa moralité et son humanité”

 

« L’organisation se dit contre toute nouvelle centrale nucléaire et exige même la fermeture de celles qui existent déjà. Si on fermait aujourd’hui toutes les centrales nucléaires, l’électricité  devrait être produite ailleurs, dans des centrales dont beaucoup carburent au charbon et au gaz naturel et qui émettraient des centaines de millions de tonnes métriques de gaz à effet de serre.  

Greenpeace mène aussi une campagne contre l’ajout de chlore dans les systèmes d'aqueduc, c’est absurde. Le chlore est à l’origine d’une des plus grandes avancées dans l’histoire de la santé publique. Et que penser de la campagne féroce contre les organismes génétiquement modifiés, les OGM? Plus de 500 000 personnes meurent chaque année dans les pays sous-développés en raison de carences alimentaires qu’on pourrait combler à l’aide d'OGM, comme le riz génétiquement modifié pour contenir  certaines vitamines. C’est un combat immoral….

 

 …(Pour lutter contre les effets des gaz à effet de serre)  « les environnementalistes sont l’un des principaux obstacles auxquels on doit faire face! Ils s’opposent aux solutions qui seraient et de loin, les plus efficaces. Ils sont contre les constructions de nouveaux barrages hydroélectriques et contre l’énergie nucléaire, des formes d’énergie  qui permettraient d’éviter la construction de centrales au charbon et au gaz naturel….

 

…Arrêtons de dire qu’on peut réduire de façon radicale notre consommation d’énergie. Ce n’est pas vrai, à moins d’aller vivre dans des boites de carton. La science et la technologie nous offrent les meilleures chances d'atteindre les cibles du protocole de Kyoto. Cessons d'en avoir peur. »

 

Extrait de L’actualité, 15 avril 2007

Voir aussi :  http://www.newsweek.com/id/131753?GT1=43002

 

IL voit deux raisons à l'apparition du radicalisme climatique :

  • « la banalisation du message écologiste réclamait une position radicale sur de nouveaux thèmes, et celui du réchauffement planétaire était approprié ;
  • l'échec du communisme a entraîné le recyclage des activistes marxisants vers des sujets écologiques qui leur permettent d'exprimer leur anticapitalisme et leurs thèses antimondialistes. »

 

u

 

Paul Watson. Membre fondateur.

 

 

 

Reproche au mouvement d’avoir abandonné l’écologie scientifique vers le milieu des années 80 au profit d’une doctrine http://www.profbof.com/ecologie/greenpeace_files/image024.jpgextrémiste selon laquelle l’homme est le cancer de la Terre.

« Ce sont des extrémistes qui ont détourné l’environnement pour suivre un programme qui n’a rien à voir avec l’écologie. Mais vous n’êtes pas d’accord avec un seul mot de leur programme, alors vous n’êtes plus considéré comme un écologiste.  La contestation rationnelle est rejetée. Des dizaines de millions de dollars, et beaucoup de temps, sont dépensés pour des choses qui n’on rien à voir avec l’environnement, mais plutôt avec la désinformation et une hystérique recherche de fonds. Le changement climatique est un autre domaine où des déclarations extrêmes sont faites, sans que la science ait grand-chose à voir la dedans.. » (New scientist. déc. 99).

 

« Le secret du succès de David McTaggart est le secret du succès de Greenpeace. La vérité n’a  rien à y voir, tout ce qui importe c’est ce que le peuple croit être vrai.

Vous  êtes ce que les média vous disent d’être. Greenpeace est devenu un mythe et une machine à générer des mythes »

paul Watson s’est recyclé comme “animaliste” . S’est attiré les foudres des pêcheurs des Îles de la Madeleine pour avoir déclaré  après un accident funeste que « la mort de quatre pêcheurs n’était  rien comparée au massacre des phoques sur les bancs de Terre-Neuve. »

 

Caricature de Serge Chapleau (La Presse) (Prenez un numéro) qui vaut mille mots et un peu plus…

 

 

 

John Castel,  capitaine du célèbre «  RAINBOW WARRIOR » se vide le cœur dans The Independant, 12/10/05

 

 

 

Where did it all go wrong with Greenpeace? ,,,.- with the power to bend governments and force corporations to bend to its will – (Greenpeace) has been in freefall over many years, in direct relation to an inner moral decline.

….By allowing itself to degenerate into a common or garden corporate machine Greenpeace has traded honour, courage and the creative edge for the temporal safety of Eugène Riguidel et Jonathan Castel à leur sortie de garde à vueconformity in the here and now. In other words, it has bartered its soul.

…Technocrats always believe they are working for the best. …deal that saves Greenpeace expensive litigation in exchange for a promise not to trespass on a certain oil field again. (Greenpeace has, among others, made deals with BP and Exxon to escape financial penalties. In both cases activists directly involved who felt the decisions were counter-productive and perhaps shameful, were not asked their opinion.)

 

 

 

Jacky Bonnemain  (permanent de Greenpeace jusqu’en 1885)

 

 

 

« Ils sont pourris jusqu’à l’os. C‘est dommage, on aurait pu faire de grandes choses »

« Je dénonce l’absence de démocratie interne dans Greenpeace. Pour entreprendre la moindre action, les capitaines de ses navires sont obligés d’attendre le feu vert de zozos installés dans un bunker à Amsterdam, qui décident en fonction de je ne sais quel impératif médiatique, politique ou économique.»

« Le pouvoir de Greenpeace provient de la complicité des médias qui raffolent d’images avec un peu de pathos et de science. C’est un cocktail parfait. La démagogie exercée à l’échelle mondiale est le meilleur des financiers. » le Quotidien. 13 nov. 91

 

 

Bjorn Oekern (ex directeur de GP-Norvège.)

 

 

 

Il fut dégoûté par le luxe de ce qu’il appelle la « Greenpeace jet set ». Greenpeace est plus une machine à sous qu’une organisation écologique. L’organisation se ferait le garant de politiciens ou hommes d’affaires auxquels elle fournirait des alibis verts. …

 

 

Yves Lenoir (ingénieur) ex membre.

 

 

 

« A partir d’un dossier vide, ils  peuvent monter une affaire ».

 

 

Le Prix Nobel Paul Crutzen (ancien adhérent)

 

 

 

Paul J. Crutzen« Ils m’ont trompé et je suis indigné, car c’est nous tous qui paierons. Ils ont utilisé des données erronées, tant pour le cas de la plate-forme Brent Spar que pour les essais nucléaires français…. Greenpeace fait du tort à la cause des écologistes. »

 

 

Dick Taverne a fait carrière en politique, en  droit et en économique ­ Il est maintenant à la Chambre des Lords

 

 

 

 Longtemps séduit par l’écologie, il travailla avec les Friends of the Earth et Greenpeace; par principe et aussi pour le coté pratique, il  ne se déplaçait  plus qu’en velo…   La  fréquentation des écologistes  actuels l’a amené à se porter à la défense  de lahttp://www.profbof.com/ecologie/greenpeace_files/image009.jpg raison et à dénoncer les forces irrationnelles et fondamentalistes qu’il recense dans la culture récente, en multiples versions, et surtout dans le mouvement environnementaliste actuel, dans l’éco-fondamentalisme qu’il compare avec le fondamentalisme religieux.

Il déplore qu'il soit presque impossible  de se porter à la défense de la raison, de la science, du progrès et du développement sans être considéré comme un valet des grandes corporations.

C’est une foi  semi- religieuse  qui pousse des écologistes  fondamentalistes à mépriser la raison et à se confirmer dans leurs vues, au mépris des faits et de la science, parce  qu’ils s’attribuent le rôle de sauver le monde.

 

 

Tanzania’s Doctor Michael Mbwille (of the non-profit Food Security Network):

 

“Greenpeace prints and circulates lies faster than the Code Red virus infected the world’s computers. If we were to apply Greenpeace’s scientifically illiterate standards [for soybeans] universally, there would be nothing left on our tables.” 

 

 

 

 

Buts et ambitions

 

 

 

« Jouer aux zélotes style Bové, court-circuiter le processus démocratique et viser à obtenir par la  violence, l’épate dramatique et le bon usage des médias ce qu’il n’obtiendrait jamais dans une élection  ou devant un tribunal ou un jury ».

 

Jouer aux commissaires du peuple : ils ont réussi à développer une « paranoïaque hystérie collective" en regard des OGM. Ils arrêtent  les recherches des savants par démagogie et en développant des arguments irrationnels… (quitte à s’excuser plus tard si leur action retarde la solution de problèmes urgents).

 

Greenpeace : « Micmac pseudo-scientifique sur fond d'intuitions quasi religieuses »

 

« Un vieux problème bien connu dans le monde de la santé et des médicaments, toute innovation doit être contrôlée, maîtrisée... Par contre, il y a de nombreux exemples, où l'obscurantisme a retardé des progrès majeurs, occasionnant de sérieux dégâts. Qui est responsable dans ce cas ? Pas Greenpeace »

 

Extraits de Medito.com. réflexion médicale.

 

 

MÉTHODE D’OPÉRATION. Tactiques.

 

Ex. tous les moyens sont bons, même l’utilisation du Père Noël..

   Voir. : http://www.youtube.com/watch?v=WHYpYI8eXqw&eurl=http://wattsupwiththat.com/2008/12/20/more-hot-propaganda/

 

 

Les listes noires ou d’amis permettent de faire du  chantage auprès des compagnies, des journalistes, des politiciens.

 

Diabolisation de l'adversaire… simplification…vulgarisation scientifique extrême… Art de la mise en scène… Tout est noir ou blanc et tous sont sommés de prendre parti. Simplification manichéenne dans le discours.  « Nous sommes les bons, voici les méchants » 

 

Manifestations, adversaires bien calculés en fonction de la rentabilité éventuelle

 

 L'éco-cirque de Greenpeace et écolo-business: - Sensibilisation des médias : les journalistes favorables à la cause sont prévenus à l'avance des actions.

 

LE FLÉAU DU SIMPLISME.

 

A PROPOS D’UN SPECTACLE  DE GREENPEACE.

 

« Le simplisme militant. Le simplisme encouragé par la culture de spectacle du monde médiatique. Et la  résultante, la version politique du simplisme, le populisme, qui mène à la recherche de solutions simples et attrayantes. » Alain Dubuc. ( 15/09/10)

 

Discrédit verbal et images choc.  Les franken food  et les poissons-maïs font partie de l’arsenal de toutes les démonstrations.. On préférerait voir périr la moitié de l’humanité plutôt  qu’un salut qui viendrait d’aliments  améliorés grâce à l’ingénierie génétique, pire,  inventés par une compagnie dite capitaliste..  Tendance à frayer avec les partisans de l’écologie profonde, qui font un pas de plus dans le radicalisme ou le pousse tout simplement à sa llimite.

 

 Dénonciation des actions des Etats devant les instances internationales.

 

Les journalistes sont fichés et divisés en sympathiques ou critiques à la cause.

 

LA DÉLATION PUBLIQUE. Publier le nom, la photo, l’adresse, le no de téléphone des patrons ou des adversaires que l’on combat. Par moment, leurs opérations sentent le fascisme à plein nez.

 

Refus de la discussion­.   Toute objection  au message de Greenpeace ne peut venir que d’un vil profiteur  soudoyé par les compagnies  misses en cause. Ne mérite pas  une réponse.

 

L’exagération systématique : un problème infime, avec le concours des journalistes et quelques bonnes images, peut devenir un désastre écologique.

 

« Les méthodes mafieuses de Greenpeace »… : « Greenpeace assure plutôt une fonction de protection selon le modèle de la Mafia. Si vous faites ce que nous vous disons, nous vous laisserons en paix. Sinon… »

 

Des taupes en haut lieu. Des documents réservés à des ministres parviennent  aux dirigeants de Greepeace.  Des messages aux Conseils d’administration de compagnie sont également connus et révélés au grand public.  Lecture anticipée de rapports compromettants pour Greenpeace. Etc.

 

Protéger ses arrières en cas de poursuite (d’ailleurs nombreuses) . Cascade de responsabilités.  L’ultime responsable avait émis  un discret « pouvait » alors que les subordonnés y vont d’affirmations incendiaires où tout ombre de doute a disparu sous la lumière des projecteurs.

 

Infantilisme mafieux;  En Nouvelle-Zélande, un groupe de savants lance un site Internet pour lutter contre le catastrophisme  à la mode www.climatescience.org.nz.  Le même jour que le site est lancé, (2 mai 2006), Greenpeace local enregistre deux sites www.climatesscience.co.nz et climatescience.net.nz, lesquels, si on ne saisit pas la différence, réfèrent immédiatement au site de Greenpeace.

 

« Comment imaginer  qu’au sein de Greenpeace, ne cohabitent pas des visions différentes, les unes plus radicales, les autres plus réformistes, certaines arrachées au dialogue avec les autorités politiques, quelques une plus révolutionnaires ? à l’occasion de quel congrès se sont-elles exprimées ? De quelle manière se sont elles comptées au sein de l’organisation ?... Nous aurions besoin de « greenpeaceologues » comme existaient du temps du communisme des kremlinologues qui essayaient de suivre les modifications du pouvoir â Moscou, au rythme de l’évolution des places d’honneur sur la tribune  du 1er mai… Vous êtes devenus au fil de vos triomphes, des êtres politiques d’un nouveau type devant lesquels les institutions publiques classiques sont tétanisées, mais vous échappez au canon du métier : affrontements d’idées à visage découvert ; sanction par un scrutin ; contrôle public de  la majorité aux commandes par l’opposition. »140

 MINC Alain. Épitre à nos nouveaux maîtres. Grasset

 

 

A vous de vous imposer les règles dont vous exigez de nous le respect…

 

 

 

 

 Une belle  histoire

 

 

On tue nos enfants avec des jouets en PVC souple.

Les fabricants avaient pris des précautions et avaient fait des expériences en faisant chauffer les jouets pour vérifier s’ils ne dégageaient pas de vapeurs nocives.

Greenpeace prétendit le contraire : que ces jouets étaient dangereux et, à l’approche de Noël, les Croisés en chef entreprirent d’investir les magasins pour éliminer tous les jouets contenant du PVC souple.

Leurs tests supposément contredisaient ceux des fabricants.

Le truc de Greenpeace pour dramatiser la situation : découper le jouet en morceaux de 1 centimètre carré pour augmenter les surfaces de combustion (ce que tous les enfants font évidemment). Soumis à ce régime forcé, hors de portée d’un enfant et de la patience d’un adulte (à moins d’avoir des intérêts non avouables),  quatre jouets sur 30 dépassaient à peine la limite imposée.  Mais quelle belle visibilité pour le temps de Noël!

 

******extrait de www.profbof.com/ecologie/bikinib.htm

 

 

 

 

A propos du Nucléaire  et de Greenpeace: à l’exception de Tchernobyl, aucune mort causée par les 450 réacteurs en service  en quarante ans d’existence.

 

Remarque importante : Le drame n’est pas dû  à l’énergie nucléaire mais est une conséquence de l’incurie du système soviétique.

 

A Tchernobyl, on a affaire à un réacteur d’un type spécial, plus capricieux, construit pour fournir en même temps du plutonium pour l’armement militaire.  Le personnel est mal formé et réussit à cumuler six erreurs d’affilée pour en arriver au désastre. De plus on est encore à l’ère du secret soviétique : on ne s’est aperçu que deux jours plus tard en Occident de la catastrophe qui s’était produite en Ukraine.

 

 En fait on s’est comporté à Tchernobyl « comme un conducteur sans permis qui se lancerait sur l’autoroute pied au plancher, au volant d’une voiture sport dont on aurait saboté les freins et la direction...Il faudrait évidemment un miracle pour qu’un accident ne se produise pas avec une conjonction d’autant de facteurs défavorables » (Kohler)

 

Les 14 années qui ont suivi la catastrophe les trois réacteurs restants ont continué d’être exploités jusqu’à épuisement.

 

LE DÉSASTRE :

Dans  les premiers jours de la catastrophes, 270 morts employés, pompiers, soldats, etc.

Et sans doute d’autres victimes suivirent. Les victimes sont difficiles à chiffrer (aucun registre, ce n’est pas encore la Glasnost dans l’ex-urss)  mais des enquêtes compétentes révèlent qu’il n’y a rien qui peut ressembler aux dizaines de milliers de morts  dont les journaux et revues  étaient friands.

 

 

(08/05) rapport de 8 agences de l’ONU : 58 décès attribués directement aux radiations.  Neuf enfants sont morts du cancer de la thyroïde. On peut s’attendre éventuellement  à un total de 4000 mortalités dues à l’exposition (Loin des centaines de milles dont on faisait état au début)   A peine le rapport sorti, Greenpeace, révolté, grimpe dans les rideaux.  Qui s’arroge du droit  de toucher aux morts médiatiques que Greenpeace garde précieusement dans ses placards ?

 

Et le rapport de conclure que le pire de la catastrophe fut le catastrophisme à qui on attribue  bien des troubles psychologiques dont les  populations souffrent encore aujourd’hui.

 

 

GUS, CATASTROPHISTES, EN AVANT, MARCHE.

 

Toujours ineffable en matière d'alarmisme, toujours au poste, Greenpeace mesurait les dégâts trois jours après le désastre : 10 000 personnes seront victimes de cancer sur une période de 25 ans dans un rayon de 625 milles. (Gus, remarque la précision et l’allure scientifique) De 2 à 4 000 Suédois subiront le même sort.

 

Helen Caldicott, présidente émérite des Anti-nuclear Physicians for Social Responsibility, prédisait 300 000 cancers dans les 5 à 50 ans et près d’un million de personnes affligées de stérilité ou de déficience mentale.  Pour ne pas être en reste les femmes développeront  des problèmes menstruels.

 

Dr John Gofman, de l’Université Berkeley,  prédit également un million de cancers à l’échelle mondiale dont la moitié seront fatals.

 

 

  

Le doigt dans l’œil. Quelques  bévues parmi d’autres…

 

 

Expédition en Antarctique. En 1988 Greenpeace ambitionna de créer une grande réserve dans les glaces. On se procura deux bateaux à coque renforcée. On dénonça à qui mieux mieux les déchets que les savants des bases voisines pouvaient laissés. Le scandale  éclata quand on constata que Greenpeace laissait beaucoup plus de déchets et qu’un de ses  navires fut pris sur le vif à nettoyer ses cuves en pleine mer..  Sans tambour ni trompette, Greenpeace ferma la base en 1992

 

Usine de Nurfam à Melbourne. On prétend y avoir décelé un niveau de dioxine cent millions de fois supérieur au niveau permis. « Le pire désastre environnemental dans le monde… » Après la   fermeture de l’usine pendant trois mois et après une enquête qui aura coûté des millions à l’état, on arrive à la conclusion qu’il n’y avait aucun danger pour la population et « que Greenpeace n’avait rien en main ».  Évidemment Greenpeace n’a pas offert de dédommager les salariés, la compagnie et l’état australien. Les chevaliers de la vertu ont des droits qu’ignore le commun des mortels.

 

L’affaire Brent Spar. (la cerise sur le dimanche)

Il s’agit d’une plate-forme désaffectée en Mer du Nord. Le gouvernement, les hommes de sciences qui ont enquêté et la compagnie Shell sont d’accord que le mieux à faire est de la couler, méthode d’ailleurs déjà utilisée.  Greenpeace y voit une catastrophe écologique. « sans précédent » (évidemment). La plate-forme  contiendrait encore 5 000 tonnes de pétrole, 100 tonnes de boues pleines de métaux lourds et 30 tonnes de matériaux radioactifs. Greenpeace exige le remorquage de la plate-forme et son démantèlement.  Shell dément tout. Le pétrole avait été transféré et ce qui restait était sans danger. Greenpeace  lance une campagne dévastatrice. Ses commandos s’emparent de la plateforme et y demeurent comme victimes potentielles. Pour bien publiciser l’affaire Greenpeace loue pour un demi million $ des canaux de transmission par satellite.

 

Greenpeace organise  pour imposer sa version un boycott de Shell. En Allemagne seulement, Shell perd quelques millions de dollars par jour. Les actions commencent à fléchir à la bourse et, quelques semaines plus tard, Shell, sous la pression additionnelle de quelques gouvernements, décide de remorquer la plate-forme.  Avant de procéder au démantèlement Shell demande cependant au Bureau de vérification norvégien de vérifier le contenu de la plate-forme.

Le résultat innocentant Shell en tous points devait paraître le 18 octobre.

Taupe aidant et prévoyant le danger pour la réputation de Greenpeace, le représentant de cette dernière au Royaume Uni fait parvenir avant les révélations du rapport une lettre d’excuse au Président de Shell : « Désolé nos calculs étaient inexacts. Je vous présente mes excuses pour cette erreur…. ». Greenpeace s’en tirait fort bien avec un certificat de bonne conscience, un  diplôme comme acteur de bonne foi et désamorçait  l’effet du rapport dévastateur. Shell n’avait qu’à enregistrer les pertes. 

 

Recyclage.

 

 

 

 

 

La crédibilité de Greenpeace USA, à force de crier au loup à propos de tout et de rien, s’est dégonflée. Les membres sont passés de 1 million à 300 000 et à la fin des années 90  l’organisation connut une crise financière, ce qui amena la direction à démissionner.

Perdu de réputation, on ne désarme pas pour autant:   on retrouve le même personnel du feu Greenpeace dans HBN (Healthy Building Network) où on continue à se livrer au même alarmisme sans aucun fondement scientifique, en particulier contre l’usage du vinyl en construction.

 

Les obsessions

 

 


Dans le  Greenpeace magazine (Belgique), Août 1992 : " Dieu a créé 91 éléments chimiques, l'homme plus de mille et le diable en a créé un seul: le chlore."

« Greenpeace écrit en gras, c'est donc son argument principal: en sautant d'un niveau conceptuel à l'autre Greenpeace insinue, afin de condamner les OGM en bloc, que les échanges génétiques naturels sont favorables aux mauvaises herbes, que les échanges génétiques de ces plantes avec les OGM vont créer inéluctablement une espèce "mauvaise". Que cette création diabolique va envahir la terre de manière irréversible avec des conséquences plus graves que le risque chimique et radioactif qui pèse sur la planète. On s'étonne qu'ils n'aient pas appelé à l'aide le spectre de l'épidémie de Sida ou la peste noire, pour cette construction intellectuelle. »

Medito.com.  Réflexion médicale

 

Gus, la voie facile : ceux qui approuvent médicaments

ou  innovations sont dans un curieux dilemme :

1) s’ils approuvent un médicament qui peut avoir, à coté d’effets positifs,

  des effets néfastes, à la limite  une mortalité par 10 000 ou 100 000

usagers, on les accusera de tous les torts et de négligence grave.

 

2) S’ils hésitent ou se  refusent  à approuver un médicament

 qui pourrait éventuellement sauver des milliers ou des millions  de vies,

 personne ne le saura

et personne ne pensera à mettre en cause leur compétence et leur prudence criminelle.

 

Gus, quel chemin s’offre au fonctionnaire qui veut par-dessus tout la paix?

 

Gus, le principe de précaution appliqué dogmatiquement

 peut signifier l’arrêt de tout  progrès et de toutes sciences,

ce qui est le vœu secret de certains écolos.

 La distance est énorme entre la fuite des responsabilitésa distance est énormer de tout risque et le jugement prudentiel éclairé par mmunautés et tuent des millionxs chaque année,

la peur systématique du risque, la trouille pathologique d’un coté

et le jugement prudentiel éclairé par la raison

 qui est en mesure d’évaluer et d’assumer un  risque

 en raison des  bienfaits éventuels qui en découlent.

Gus, la prudence est une vertu de l’intelligence et non des tripes, ni une efflorescence émotive.

 Si tous les hommes avaient été des trouillards,

 ils ne seraient  pas encore sortis de leur caverne primitive

 et n’auraient pas osé encore se servir d’une massue au cas où de vilaines échardes

pourraient causer  des empoisonnements … peut-être mortels, on ne sait jamais

.

Gus,  Bush,  avec l’invasion de l’Irak,  ne faisait qu’appliquer le principe de précaution. Et combien de guerres à venir seront ainsi justifiées.

 

 

 

CONCLUSION.

 

 

« L'écologie est une science sérieuse et il doit bien exister quelque part une écologie politique honorable et intelligente.
- Par contre, ce que nous avons pu observer en faisant un court séjour sur une liste écologique connue sur le Web, est tout le contraire.
- Les poncifs les plus éculés, le catéchisme idéologique, la paranoïa soigneusement entretenue pour quelques égarés qui pensent qu'on leur a confié la responsabilité de la Terre, des raisonnements pseudo scientifiques au service de préjugés quelconques, une foire d'empoigne... pas beau à voir. » +

 

Tiré de Medito.com. réflexion médicale

 

 

 

ADDENDA. janv.-05

 

Les Greenpeaceniks  sont découragés. L’écologie a progressé ces dernières années mais « l’action » écologique est en panne.  On se demande si l’organisation n’est pas devenue une  agence de placement  où les anciens servent de « cover up » et  de garantie pour les compagnies que l’on tenait responsables de tous les maux de la planète il y a à peine quelques années. Elle serait devenue une  « greenwashing machine » pour entreprise polluante et payante. D’autres, moins indulgents, parlent d’un  racket de la protection.

 

Gus, les « chemins de Damas »  ne sont pas à  sens unique.

IMAGE À VENDRE. BON MARCHÉ.   Gus, tu vois le beau tableau ou la belle sculpture : La vertu couvrant de son aile tutélaire la rapacité capitaliste

 

 

 

 

Plus grave cependant,  des groupes de surveillance accusent Greenpeace d’être par son intransigeance bien ciblée responsable de millions de morts par année.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gus, penses-tu  qu’on ramasse des centaines de millions de dollars par année avec une petite chaudière, une cloche et un déguisement en Père Noël comme le fait l’Armée du salut au coin de Peel-Ste-Catherine  au mois de décembre?

 

 

Extorsion et blanchiment comme mode de financement de la vertu. Enfin on réalise la  quadrature du cercle, le grand rêve de l’humanité.

 

 

 

 

 

UN TSUNAMI S’ABAT SUR GREENPEACE. UK 

 

http://www.profbof.com/ecologie/greenpeace_files/image026.jpgLe pape se met au service du diable. Lord Melchett, ex ministre Labour, président de Greenpeace. UK, émule aristocrate de José Bové,  destructeur patenté, judiciarisé et médiatisé de plantations d’OGM, grande vedette populaire, incarnation  de l’écologie change son fusil d’épaule et accepte un poste chez Burson Marstellar, la plus grande compagnie de relation publique,  qui a entre autres clients Monsanto, le plus grand centre de recherche en OGM dont le Monsieur Lord devra veiller à la bonne réputation et utiliser son expérience pour   manœuvrer contre les groupes de pression.  Burson Marstellar a veillé par le passé sur la bonne image publique de Union Carbide (Bhopal), l’industrie du tabac, la junte argentine,  les Saudis, Suharto, Ceausescu.  Gus, il manque Idi Amin Dada au tableau de chasse de la compagnie.

 

Des Wilson de Friends of the earth travaille lui aussi pour  Burson Marstellar.

 

Un cheminement semblable a été suivi par d’autres écologistes notoires : Jonathan Wootliff, ex- http://www.profbof.com/ecologie/greenpeace_files/image018.jpg Greenpeace, est devenu  « Managing Director » of Edelman Public Relations Global avec mission d’établir des relations positives avec les ONG, les groupes de pression et les activistes. Il s’est expliqué dans « Sleeping with the ennemy ». Un ancien ministre québécois, dans une situation  semblable, se défendait en disant qu’il est bon que la quille sache d’où vient la boule.

 

Paul Gilding, autrefois CEO de GreenPeace International, fonda une firme de consultant qui a comme clients DuPont, Monsanto, Place Dome Mining, etc.

 

Et plusieurs autres ...

 

 

GREENPEACE DÉCORÉ PAR CORE  (Congress of Racial Equality)

“GreenPeace-Black Death Award”

“Pour apporter misère et mort dans les pays en voie de développement”

« Greenpeace, à lui seul dépense 140M $ pour faire pression sur les compagnies et les gouvernements pour denier les bénéfices de la technologie moderne aux nations pauvres ravagées par la malaria, la dysenterie, la malnutrition “ dit Niger Innis, porte-parole de Core. …   « Ils savent que leur programme a un effet dévastateur sur les familles, les communautés et tuent des millions chaque année. Mais ils ne reculent pas »

Par année la malaria tue 2 millions de personnes dont  la moitié des enfants, la dysenterie 4 millions, la malnutrition et la faim encore plus.

Une aspersion  de DDT, une fois par année, de l’intérieur des murs des maisons (sans grave danger), pourrait réduire la malaria de 80% (comme on a recommencé à le faire en Afrique du Sud.) Des plantes résistantes aux virus ou aux insectes locaux pourraient réduire le problème de la faim. ****

 

Public Interest Watch, une organisation non-partisane de Washington, demande que l’Internal Revenue Service enquête sur GreenPeace.

« Les Rainbow Warriors ont délibérément, systématiquement et illégalement  sollicité et transféré des millions de dollars par année en contributions déductibles d’impôt dans  des organisations inaptes à  ces privilèges d’exemption pour supporter des activités non appropriées et parfois illégales » Mike Hardiman, Directeur de PIW.

Les organisations qui jouissent de ces exemptions poursuivent, selon la loi américaine,  des buts charitables, éducatifs, scientifiques  ou religieux. Elles ne peuvent se livrer au lobbying,  à l’ « action directe » encore moins à des activités illégales.

Pour Hardiman, « c’est un cas évident de blanchiment d’argent. »

De fait Greenpeace Fund est un paravent pour amasser des fonds des grandes corporations et fondations (Rockefeller et autres), fonds  qui serviront à Greenpeace Inc.

Le Canada a révoqué le statut d’exemption de taxes de Greenpeace il y a quelques années.

 

Et d’autres, moins politiquement corrects que les porte-parole de Greenpeace, ne se gêneront pas pour avouer ce que plusieurs pensent :  « le principal reproche que je fais au DDT, est, que, après coup, je constate qu’il a grandement contribué au problème de surpopulation ". Dr Alexander King,

…A défaut des moyens contraceptifs qui s’avèrent inefficaces  «  mieux vaut qu’ils meurent plutôt qu’ils ne se reproduisent de façon anarchique » Un fonctionnaire de AID

 

 

 

 

****Gus, pour parler comme les anciens, l’encre du texte précédent était à peine sèche que Bof trouve dans la page éditoriale du New York Time  un texte important d’un  columnist « It's Time to Spray DDT » par NICHOLAS D. KRISTOF (January 8, 2005) qui met éloquemment les situations en perspectives.

La meilleure façon, dit-il,   d’aider les victimes du tsunami, la moins chère, la plus efficace, serait de permettre l’usage du DDT pour éliminer les maladies infectieuses qui sont menaçantes.

(Gus, un spectacle que Bof aimerait bien voir, des écolos, touristes sans doute,  qui s’interposent entre des monceaux de cadavres et des pompiers qui avec des goupillons tentent d’asperger les cadavres  de DDT.  Sur les pancartes : Sauvons l’aigle à tête chauve, symbole des USA et menacé par le DDT; arrosez plutôt les plaques tectoniques ; à bas les  tsunamis capitalistes, etc.).

Puis ailleurs, poursuit-il, en Afrique particulièrement,  les moustiques tuent 20 fois plus de personnes par année que le récent tsunami. Moustiquaires et médecine s’avèrent insuffisants. Les États-Unis et les pays  riches sont du coté des moustiques, qui sont en train de gagner la guerre de la malaria, en interdisant l’usage du DDT. Les seuls pays qui contrôlent  l’expansion de la malaria ou même ont réussi à  l’éradiquer sont les seuls pays qui se sont réservé le droit de s’en servir  malgré la désapprobation des pays riches… qui n’en avaient besoin que pour les cultures.. Donald Roberts, spécialiste des maladies tropicales, affirme que « c’est une tragédie colossale où sont impliquées des  politiques environnementales et des bureaucraties incompétentes.  Une évidence s’impose : le DDT sauve des vies et il est irremplaçable dans certaines conditions. »  Pour sauver près d’un demi million de vies il suffit d’appliquer une fois par année à l’intérieur des huttes la quantité de DDT qui était épandue sur une seule ferme de coton de 1,000 acres au milieu du siècle dernier. Des  chercheurs  à l’époque avaient  émis l’hypothèse  que le DDT pouvait entraîner des naissances prématurées et mettre en danger certaines espèces animales dont l’aigle à tête chauve, emblème des USA. On commence aujourd’hui à réaliser que les êtres humains s’en tirent mille fois mieux avec le DDT appliqué intelligemment qu’avec la malaria. Le principal obstacle est l’inertie bureaucratique.

Le vent change, le World Wildlife Fund, pourfendeur du DDT, est prêt à approuver un usage prudent de DDT dans les pays affectés par la malaria. Les résultats obtenus par l’Afrique du Sud sont probants.

À Greenpeace on sent le vent  tourner : Rick Hind concède timidement «  que s’il n’y a rien d’autre à faire et que si ça peut sauver des vies, on est pour ça. On n’est pas dogmatique. » hi, hi.

(10/04/05)  Pauvre aigle à tête chauve ! En BC on vient de découvrir un réseau qui seulement l’hiver dernier  aurait tué cinq cents aigles.. Leur carcasse vaut de 3 à 5  mille US$, (Gus, ça leur apprendra à être une espèce en voie de disparition, et chauve en plus ! ) Et en plus ils sont victimes de la rectitude politique,  de la fièvre religieuse,  des privilèges acquis : on ne peut arrêter les braconniers ou les traduire en justice ; les plumes de l’aigle joueraient, chez les autochtones,  une fonction  dans les costumes,  les danses et les pratiques rituelles ou tribales.

Privilèges acquis ou espèce en voie de disparition, du pareil au même ? 

 

 

 

“Ideology comes in three colours: red, brown and green, representing Marxism, fascism and environmental extremism. Judged on sheer evil, the worst crime in history was brown, the Nazi genocide, although the reds slaughtered more people. The death toll (difficult to measure) is roughly, Hitler’s holocaust 6 million, Stalin’s famine and terror 8 million, and Mao’s famine 30 million. But the greens have topped them all. In a single crime they have killed about 50 million people. In purely numerical terms, it was the worst crime of the 20th century. It took place in the USA in 1972. It was the banning of DDT.”

Which kills more: ideology or religion?
Andrew Kenny     AFM  Africa Fighting  Malaria. (mai 2005)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

           La charge émotive   comme argument.…

En Juin 09, Greenpeace a déclaré que toute la banquise arctique serait fondue d’ici 2030.

Gerd Leipold, le directeur général de Greenpeace, défend son opinion sur les ondes de BBC où un journaliste le pousse au pied du mur. 

Un petit extrait

VOIR YOUTUBE.. http://www.youtube.com/watch?v=NC7bE9jopXE&eurl=http%3A%2F%2Fwww%2Eantagoniste%2Enet%2F&feature=player_embedded#t=98

(traduction)

Leipold:Nous, comme  groupe de pression, avons à “émotionaliser “ les problèmes. Et nous n’en avons pas honte. Je crois que la fonte des glaces est un fait.”

Sackur: “Vous appelez cela « émotionnaliser »; d’autres parleraient plutôt de tactiques de  peur. Pouvez vous me dire en toute honnêteté que vous ne croyez pas que les glaces du Groenland vont fondre d’ici 2030 ?”

Leipold:  « Je ne sais pas. Je n e pense pas que ce sera fondu en 2030. “

Sackur: “Donc diriez vous que c’est  une erreur de la part de votre organisation de lancer cette idée?”

Leipold: “Ça peut être été une erreur. Je n’ai pas vérifié le communiqué  de presse. Je ne peux pas tout contrôler.”

 

LA CHARGE MEDIATIQUE…

 

*L'ombudsman de Radio Canada, Mme Miville-Deschênes, a dénoncé en mai 2009 le manque de diversité à la SRC en citant précisément M. Steven Guilbeault : « Un exemple: à lui seul, Steven Guilbeault, ex-directeur de Greenpeace au Québec, a été entendu 120 fois à la radio et à la télévision de Radio-Canada en 2007. »  Gus, un job à plein temps !

 

Radio-Canada  s’apprêterait à lancer une chasse au trésor pour dénicher quelques scientifiques en la matière, animés de la même foi évidemment,  qui pourraient prendre la relève.

 

 

 

 

 

Accueil 

Titres de noblesse écologique et chemin de Damas

Brigades de choc et nouveaux croisés. Les faits, les idées, les passions. Du rationnel à l’irrationnel. Du casseur au philosophe.  L’univers des groupes de pression intéressés.

Tableaux et graphiques  qui parlent de réchauffementArt de mentir sans mentir mais

Statistiques et bikini. Mythes, erreurs et réalité. Du bon usage des chiffres.

 (courbes apocalyptiques --  faim dans le monde --  disparition des espèces --  surpopulation --    déclin des forêts -- El Nino – déchets -- température et réchauffement)

Statistiques et bikini (2)

  (pluies acides -- poumons de la terre --  victimes de la pollution – Seveso --

     jouets en PVC dioxines -- hivers d’antan --  Tchernobyl -- énergie éolienne)

Statistiques et bikini (3)

  (Effet de serre -- Onu : IPCC – arctique -- couche d’Ozone -- certitudes et incertitudes -- modèles informatiques --  températures passées – facteurs à considérer)

Greenpeace ou les déboires de la vertu.

 

À noter :Ce site s’étant amplifié exagérément, il a donné lieu à un autre site qui lui sert de complément :

ALARMISME  et catastrophisme

HISTOIRE DE peurs et de LA PEUR  DEPUIS TROIS GÉNÉRATIONS.

hISTOIRE DES PETITES PEURS DE NOTRE TEMPS…

1.  mémoires d’outre tombe  ABcd,  e,

 

150 tragédies vécues par l’auteur au gré de l’actualité.

Prudence et humour comme  bouées de sauvetage

Avoir survécu  comme ultime argument… contre la panique

2. Alarmisme Professionnel : nature, techniques, dangers,  coûts, etc.

 

 

 

 

 

 

   CRÉDITS :Le Prof Bof assume ici ses opinions mais pour la plupart des faits relatés dans l’ensemble du site il s’en est remis en particulier au Guardian de Londres ( Art. de Lomborg), à Haroun Tazieff, vulcanologue et responsable de tâches administratives en matière écologique en France, à l’excellent journaliste d’enquête scientifique, Pierre Kohler qui a écrit une vingtaine d’ouvrages de vulgarisation scientifique et de multiples articles dans diverses revues et à plusieurs sites qui peuvent se retrouver facilement  sur Internet  si  on ne se contente pas des versions courantes.  S’il s’agit de personnalités (de noms propres) on trouvera fort probablement les renseignements désirés en en demandant le nom sur Yahoo ou Google.

 

                                                                                                                          

 

 

PHILOSOPHER AVEC le prof BOF

« être sérieux sans se prendre trop au sérieux »

 

NOUVEAU

CAPSULES: le prof bof pour les nuls ou les gens pressés

Brefs extraits ou capsules tirés des 30 sites du prof bof

 

A propos de

l’être humain

Petite histoire

des mentalités

divers

 

ORIGINALITÉ DE L’HOMME

HASARD ET EVOLUTION

LIBERTÉ (Une ILLUSION?)

CRÉATIVITÉ ET INVENTION    

SEXUALITÉ HUMAINE  

AGRESSIVITÉ (INNÉE ??)

TRAVAIL (Nature/histoire)

TOLÉRANCE (Jusqu’où?) +  

+++Relativisme éthique

 

 quête du bonheur

 

1.    MENTALITÉ PRIMITIVE

2.  PHILOSOPHIE GRECQUE  

3.  Monde CHRÉTIEN

4.  Monde moderne.(16e).   

5. LE SIÈCLE DES LUMIÈRES

6. 19e siècle (Scientisme)

7. Le 20e siècle 

8. Le 21e siècle

 

BRICOLAGE

 

(mON vERSAILLES À MOI)

 

 

(récents)

islam, islamisme, mahomet et le coran.

Le 21e siècle

. Alarmisme et catastrophisme

1, La quête identitaire.

2. gauche / droite

3. eINSTEIN EN IMAGES.

4. société de consommation

5. Mondialisation

7. le terrorisme

 

8. Écologie et catastrophisme

 

9. LA RÉVOLUTION  INDUSTRIELLE

 

Pour nous rejoindre

 

Il y a près de 15 000 liens hypertextes sur les sites (pages ou images).

Ne vous gênez pas pour nous signaler les liens défectueux ( et même les fautes dans le texte)