Mes titres  DE noblesse écologique.

 

Gus, ton Prof a un passé « écologiquement correct »

 

 

 

 

 

Bof, remplit assidûment et presque religieusement son bac de recyclage et le dépose avec un sourire de satisfaction près de la rue.  A même du essuyer un pleur de joie quand sa municipalité  a fourni un bac beaucoup  plus large pour recevoir les effluves de la conscience écologique de ton prof, mon cher Augustin.  De quoi y mettre tous les journaux de la semaine, les sacs de dépliants  publicitaires, les bouteilles de vin et d’eau minérale qui ont déjà parcouru la moitié de la planète (Requiescant in pace), les matières plastiques, les emballages  de plus en plus  encombrants  et, mon cher Gus, même  les invendus des œuvres de ton prof. Il a, sous le coup de l’émotion,   écrit une belle lettre de félicitation et de remerciement au conseil municipal. Son geste fut apprécié. Sa lettre fut lue en public, parut dans le journal local.  D’autant plus  diffusée, … que c’était la seule qu’ils avaient reçue

 

Triple saut de joie.  La ville distribue un troisième bac,  pour les denrées compostables celui-là,  après  celui des matières recyclables qui figurait déjà, tête haute, à coté de celui des vulgaires déchets (pardon! des matières résiduelles)  condamnés au dépotoir, pardon ! à  l’enfouissement sanitaire  pasteurisé.

 

Certains voudraient bien que les Chinois entreprennent une nouvelle révolution,  verte celle- là,  et que tous se promènent avec un Petit Livre Vert à bout de bras. (au lieu de se défoncer  à construire une centrale électrique au charbon par semaine)

 

On recommande même de boycotter les produits chinois,  qui de toutes façons  parcourent la moitié de la planète pour nous rejoindre et laissent des traînées d’empreintes de carbone tout le long du voyage, histoire de polluer le reste de la planète comme la Chine actuelle. Égalitarisme oblige.

 

Bof est prêt à collaborer. A tous les samedi,  tous ceux qui possèdent des ordinateurs, des caméras,  des cellulaires,  des IPod, des TV, des jeux, des vêtements Made in China peuvent les déposer dans la cour de Bof.  Les profits de la revente pourront servir à défrayer les coûts d’une première édition   du Petit Livre Vert  qui devrait convertir la Chine à des valeurs durables auxquelles la population aspire secrètement et désespérément.

 

Bof, ne roule que dans la plus économique des voitures et qui, en prime,  a la publicité la plus intelligente. Gus, l’intelligence est une notion écologique, une denrée rare qu’il faut conserver.

 

Refuse de boire de l’eau qui vient d’outre-atlantique  dans des bouteilles de verre. Le contenant  peu recyclable  coûte dix fois plus en raison du transport que  le contenu, sans compter la pollution kilométrique engendrée par ce même transport. Au moins avec un Porto ou un Bordeaux on peut soupçonner  que le contenu vaut au moins,  espérons-le,  plus que le contenant.

 

Fait un  pied de nez à ceux qu’ils croisent en SUV,  un doigt d’honneur aux proprios de  4x4 et se promet de montrer le poing si jamais il croise un Hummer à condition évidemment que son  proprio ne soit pas trop gros. (Gus, depuis que Bof a proféré cette menace, GM a décidé de produire un modèle de Hummer (H3) plus petit et moins énergivore.)

 

Bof  a connu un autre grand moment d’émotion : son épicier  distribue gratuitement  des sacs réutilisables  pour les achats de sa clientèle, histoire d’éliminer ces fameux sacs de plastique qui sont parait-il indécomposables… du moins à l’échelle des siècles. Son cœur écolo bondit à la nouvelle. S’il ne s’était retenu, il aurait sauté au cou des  caissières… en commençant par les plus belles. La peur que  son geste ne soit pas mis au compte de  son zèle pour la planète …  l’a arrêté au dernier moment.

 

Frémit un peu, question d’habitude et de devoir,  quand il lit ou entend la mauvaise nouvelle écologique du jour ou voit la tête de Taliban du Directeur de Greenpeace qui le sermonne.

 

Verse un pleur de pitié quand dans les démonstrations il croise des parents avec un bébé en poussette ou en sac à dos qui risque de s’étouffer avec  la  pancarte qui lui serre le cou : « Sauvez ma planète» « Le 4x4 de mes parents  est à vendre »

 

Se lave précautionneusement, même les dents,  avant de se baigner dans un  lac, après études d’impact environnemental évidemment, et préfèrerait être empalé plutôt que d’y faire pipi.

 

Se demande où est passée la truite. Parait-il que les truites sautaient dans le canot quand Champlain remontait le Saint-Laurent. Peut-être que nos embarcations sont trop hautes ou que les truites ont appris avec le temps le sort que leur réservait l’homo sapiens sapiens qui n’était là, à ce que l’on dit,  que pour les taquiner.

 

Est allé voir The day after tomorrow “avec crainte et tremblement” comme le recommandait Kierkegaard dans la publicité.

 

A pris des accommodements avec sa conscience. S’adonne maintenant aux péchés contre-nature mais évite comme la peste les péchés contre la nature.

 

A refusé obstinément  de pleurer dans le même mouchoir de ses amis  propriétaires de grosses voitures quand le prix de l’essence a monté à $1.50 le litre.

 

Bof a une sainte horreur du gaspillage, rafistole religieusement tout ce qui peut être rafistolé…Malheureusement sa face résiste…

 

S’est retenu de rire avec le reste de la planète quand le Directeur de Greenpeace Québec a déclaré sérieusement et solennellement  à la Rencontre de Montréal  que « le réchauffement climatique pouvait vouloir dire refroidissement ;  l’humidification, assèchement » 

 

A risqué sa réputation et passe maintenant pour un écolo lunatique parce qu’il a recommandé à son voisin de mettre des couches à ses vaches pour aider à contrôler les émissions de méthane  qui de toutes façons finissent  dans la couche d’ozone. Autant régler le mal à la source.

 

A protesté parce qu’un autre voisin  a édifié une clôture en PVC dont on connaît bien la nocivité. Il a même demandé le secours de Greenpeace : on lui a répondu tout d’abord de se faire un nom (Bof  n’est tout de même pas Shell), ensuite de déménager avec son voisin au bord de l’eau (sans oublier de déménager la clôture évidemment) pour qu’ils puissent aller faire un spectacle avec leurs Zodiacs et de ne pas oublier de prévoir les invitations, la bouffe  et  le logement pour les journalistes.

 

Gus, toutes les peurs qu’on a fait subir à ton Prof ont  épuisé ses mécanismes de réaction. Il a beau se battre les flancs,  fantasmer sur des scènes d’horreur, d’extermination,  d’inondation ou d'assèchement,   il ne réussit plus à avoir peur, il a trop entendu crier au loup ou au feu selon les circonstances. Cependant il a toujours une  horreur certaine du gaspillage  et se scandalise facilement  et volontiers des dépenses ou pollutions engendrées sans aucun rapport avec l’utilité ou la nécessité d’un produit ou d’une action,.. surtout quand c'est par vanité, pour se remonter l’EGO, pire quand l’ego est tatoué.

 

Espère recevoir bientôt la subvention qu’il a demandée pour se procurer des aliments biologiques et ainsi libérer au moins l’équivalent d’une journée de travail par année à son médecin.   Si tous les citoyens l’imitaient, Bof aurait ainsi réglé le problème des urgences et de la pénurie du personnel médical.

 

Tente en vain de manifester quelque esprit depuis qu’il a renoncé à séduire l’autre sexe avec la puissance de sa voiture, sa poitrine épilée et sa carte Visa-Or.  Par détresse, il compte lancer une campagne pour sensibiliser  l’autre sexe… à ces nouvelles valeurs : se faire valoir par ce que l’on est et non par ce que l’on a. (Gus, entre nous, un grave problème : les nichons de ta copine et ton joli petit nez retroussé est-ce de l’avoir ou de l’être? Gus, sois quand même compréhensif   si quelqu’un est chauve, gros,  sent mauvais, a de vilains tatous délavés et tente de se faire valoir par la force d’accélération de son moteur. C’est peut-être sa dernière chance!)

 

Gus, parlant de l’autre sexe, Bof s’est surpris à admirer l’élégance de ces dames qui ramènent l’eau  sur leur tête du puits qui se situe à un ou deux kilomètres et la patience de leurs maris assoiffés qui les attendent avec un bock.  De quoi donner idée à  un éco-dictateur de supprimer le service d’eau domestique  et répartir des centres d’approvisionnement ici et là pour entretenir l’élégance et le poids santé de la population. Heureusement les Centres de conditionnement physique veillent au grain et s’organisent en groupe de pression.

 

De grands experts l’ont convaincu que la pollution était un sous-produit du capitalisme. Depuis, il déchire systématiquement les pages de livres ou de revues qui font des allusions mensongères à  la situation environnementale dans l’ex-Union  soviétique. Au panier les articles sur le Lac Baïkal, sur Tchernobyl, sur Tcheliabinsk et sur d’autres villes entourées de barbelés pour en interdire l’accès en raison de taux de radioactivité dépassant celle dégagée à Tchernobyl.  Que de mensonges.. !

 

Est pris de pitié pour nos forets quand il reçoit chaque samedi  à sa porte un sac de journaux pour l’informer des spéciaux  de la semaine  chez les marchands de la région. Information gratuite et bénévole si l’on veut mais comment  peut-on dans ce monde d'aujourd’hui prendre une demie page couleur pour nous informer que la Iceberg est à 1$  chez Metropolis ; si encore on poussait  la délicatesse et le souci d’information  jusqu’à  nous informer la semaine suivante qu'elle est revenue, la pauvre, à son prix régulier de 2$.  Se promet qu’à l’avenir, au Jour de la Terre, il  mettra sa notoriété à contribution, alertera les autorités compétentes  de ce scandale hebdomadaire quitte à prendre un livreur en otage ou à se coucher sur son chemin et  exigera qu’à l’avenir   les informations sur la Iceberg  se réduisent à une ligne, en 12 points, Times New Roman, et à l’encre noire.  Gus, admire le courage de ton Prof : il vient de liguer contre lui, solidarité oblige,   les puissantes papetières, leurs  syndicats  encore plus puissants, l’industrie de l’alimentation et de la laitue et les idylles locales en mal de réélection.

 

On a proposé à Bof, histoire d’utiliser à bon escient sa réputation (ou pour s’en débarrasser), de se compromettre et de se promener en dessous des pylônes d'Hydro Québec avec des pancartes proclamant haut et fort  que les enfants vivant près des pylônes auraient  70% plus de chances (!) qu’un autre d'être victimes de leucémie.  Même un dessin éloquent montrait un pylône  qui sautait dans les airs sous l’effet d’une action  audacieuse et  salvatrice. Ne voulant pas être dupe et le vulgaire jouet  d'amateurs de sensations fortes, il poussa son enquête,  avant de sonner l’alarme à coup de pancartes et d’engager  sa réputation dans une cause qui paraissait  pourtant si légitime. Remontant aux sources, il apprit  que le pourcentage  de 70 % (ou mieux 66%) était exact et  en noir sur blanc dans le  British Medical Journal mais il désenchanta quand il y apprit  que les victimes ou pseudo victimes représentaient   0.05%  du groupe investigué par opposition à 0.03% du  groupe de contrôle. Deux cas de plus sur 10 000  personnes exposées.   Et Bof qui se voyait la Jeanne d'Arc d’une génération !!!  une Jeanne d’Arc qui aurait libéré des Anglais un bistro de Paris.  Une  différence tellement insignifiante qu'elle n’a aucune valeur scientifique et peut s’expliquer de mille autres façons, et surtout par les préjugés (plus ou moins conscients)  des enquêteurs, leur volonté  de résultat, par la justification de leur travail ou de leurs subventions. … Gus, ça  se voit fort souvent…. Bof s’apprête à ranger sa pancarte dans la boite de récupération où elle sera plus utile.

 

Bof en est rendu à se scandaliser de ses scandales : déforestrer pour ne pas crever de froid ou manger chaud à l’occasion. Ne pourrait-on pas faire comme tout le monde, du moins au Nord ? se chauffer et  faire sa  cuisson grâce à l’électricité fournie par les centrales au charbon, des arbres qui ont eu, au moins,  une très, très, très longue espérance de vie.

 

Bof s’est même fait visionnaire à l’occasion : Gus un problème que tu devrais être en mesure  de résoudre : calcule l’énergie qui se dépense dans les pays riches pour se départir des graisses excédentaires et qui font peser une menace écologique sur la santé du peuple.  Si on  mettait toutes ces victimes de leur appétit  et de la publicité sur des vélos d’exercice qui actionneraient des dynamos, on  pourrait ainsi éclairer un village? un quartier ? une ville?...      Mais depuis que Bof a fait discrètement cette suggestion qui, semble-t-il, n’est pas tombée en hauts lieux dans l’oreille de sourds, les lobbies capitalistes  et scientifiques veillent au grain et on nous informe maintenant qu’un modeste  embonpoint est salutaire pour la santé, augmente l’espérance de vie  et est préférable à ce poids santé  inventé par des anorexiques en mal de publicité.

Cependant, Bof hésite à mousser trop son idée. Des politiciens astucieux pourraient donner des crédits d’impôt  aux fast-food qui, parait-il, seraient les meilleurs fournisseurs  de cette nouvelle forme d’énergie, la graisse excédentaire, qu’on réussirait maintenant à maîtriser et à exploiter en la faisant fondre en attendant la fusion nucléaire. Ces centrales nouveau genre pourraient s’appeler Fat Utility Power  ou Grease Power, ou tout simplement Graisse-Québec.

 

(15 /01/06) Gus,  l’idée de ton Prof  semble avoir fait son chemin là où on ne s’y attendait pas, la preuve : ce discours électoral de Paul Martin :

« Canadiens, Canadiennes, Québécois, Québécoises, Électeurs, Électrices, Électriciens, Électriciennes, Montréalais, Montréalaises, P’tit baquets, P’tites baquaisses, moi et moi-même, mes députés et mes députées, pour vous aider, vous et vous autres, allons voter une loi pour imposer une taxe sur les gras et  les graisses….  »

 

 

 

BOF RELÈVE Le défi d’une tonne…(en rappel)

Gus, ton prof a reçu son diplôme écologique de son gouvernement avec très grande distinction  (un peu plus et il recevait la visite du ministre responsable).

Il a rempli le questionnaire  à propos de sa consommation d’énergie (avec Madame Boffe qui en demande beaucoup pourtant)

 

   Et le jugement final fut un baume pour son  âme inquiète et un confort pour son sens de la responsabilité:

 

Excellents résultats ! Vos émissions sont bien en deçà  de la moyenne nationale. Vous feriez un ambassadeur du défi Une-Tonne idéal. Parcourez  le monde et  laissez vos voisins, amis et famille apprendre comment réduire leurs émissions de gaz à effet de serre….

« Que compte l’unique tonne de gaz carbonique que chacun d’entre nous pourrait peut être épargner chaque année avec beaucoup d'efforts  en regard des 2 800 milliards de tonnes qui existent déjà dans l’atmosphère et qui s’accroissent de plus de 15 milliards chaque année ? Autant vouloir niveler l’Everest avec une petite cuillère, ou vider l’océan avec un seau, alors que l’éventuelle solution est d'ordre technique et financier, et qu’elle se trouve seulement entre les mains des dirigeants futurs de la Chine, de l’Inde et de l’Amérique. Ce constat a certes quelque chose de profondément choquant. Instinctivement nous voulons croire que, même dans une faible mesure, nos efforts personnels serviraient à quelque chose. Force est de constater que ce n’est pas le cas »  p. 144.

 

GERONDEAU.. l’écologie,  LA GRANDE ARNAQUE. ALBIN MICHEL 2007

 

 

 

En moyenne, chaque Canadien produit 5.5 tonnes d’émissions de gaz par année. Ce diagramme compare vos émissions individuelles de Ges… par rapport à la moyenne. Etc…

 

Gus, ton prof en fut tout ému et par précaution ou en  rappel,  il reprit  le test  en reproduisant de  son mieux  les mêmes données. Il bat son propre record, il passe de 3.1 tonnes  à 2.32.  Le rapport de Bof a semble-t-il tellement impressionné les fonctionnaires qu'en l’espace de 5 minutes on avait modifié un peu la moyenne individuelle nationale qui passa discrètement de 5,5 tonnes d’émissions  à « plus de 5 tonnes »

 

 

COMMENT expier les péchés contre la nature ?

Gus, ton Prof a même pensé à s’offrir en victime expiatoire pour tous les péchés contre la nature.  Mais il a résisté à la tentation de confier son âme et sa conscience à l’Eglise d'Euthanasia, reconnue pourtant par le gouvernement fédéral américain; elle invite ses fidèles au suicide et à la sodomie  pour limiter le plus  possible  ou même faire disparaître cette espèce,  l’homo sapiens sapiens,  qui se propage comme des rats,  et qui, de plus, à la différence de ces derniers,  met  en péril  la vie sur la planète

 

 

 

 

 

Se ravisant, Bof pense sérieusement à donner son corps à la science.  Pour avoir surmonté tant d’épreuves avec une telle magnanimité se pourrait-il que la Nature l’ait doté d’un gène spécial qu’il faudra bien baptiser « dos de canard ». Un cas d’OGM inconnu.

A moins que cette  sérénité dans l’épreuve soit le résultat d’une lecture assidue d’Épictète.

 

 

Gus, Épictète n’est pas un joueur des feu Nordiques de Québec.

C’est un esclave-philosophe romain célèbre par son endurance et sa sérénité dans l’épreuve.

 

Un jour son Maître demande à un subordonné de mettre Épictète à l’épreuve.

Celui-ci commence à lui tordre la jambe. Epictète lui dit : « Si tu continues, tu vas la casser »

On entend un « crack »

Épictète : « Tu vois, je te l’avais bien dit : elle est cassée »

 

 

A appris avec un soupir de soulagement en lisant Le Monde que « le catastrophisme est le stade infantile de l’écologisme ». Bof serait-il devenu un écolo adulte ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Son Chemin de Damas

ou  le

« réveil de son sommeil dogmatique »

 

 

 

 

 

Bof a été dérangé dans sa belle quiétude quand il a pris connaissance de l’Appel de Heidelberg, message qu’un groupe de savants dont 59 Prix Nobel  (Il n’en fallait pas moins pour ébranler Bof)  auxquels s’étaient joints plusieurs écrivains qu’il estimait particulièrement  de Ionesco à Eco

 

 

 

 

 

 

« Nous soussignés…exprimons la volonté  de contribuer pleinement à la préservation de notre héritage commun, la Terre. Toutefois, nous nous inquiétons d’assister, à l’aube du XXIe siècle, à l’émergence d’une idéologie irrationnelle qui s’oppose au progrès scientifique et industriel, et nuit au développement économique et social. Nous affirmons que l’état de nature parfois idéalisé par des mouvements  qui ont tendance à se référer au passé, n’existe pas et n’a probablement jamais existé depuis l’apparition de l’homme…nous demandons formellement par le présent appel que cette prise en compte, ce contrôle et cette préservation soient fondés sur des critères scientifiques et non sur des préjugées irrationnels. »

 

Et pire, un héros que Bof a toujours admiré et même rêvé d’accompagner au bord d’un volcan en irruption, Haroun Tazieff, se permet d’en rajouter : … « … qu’il est grand temps de dénoncer les mensonges qu’on nous assène depuis des années au nom de l’écologie. Nous assistons à une montée en puissance d’un écologisme irrationnel et dangereux pour tout le monde. Les exemples ne manquent pas…Seveso, , le pyralène, les PCB, les DDT. Etc. » 

 

Et plus étonnant, des savants, en particulier ceux qui avaient fait le pèlerinage à Rio, se sont levés contre cet Appel de Heidelberg dans une revue prestigieuse et pourtant concèdent qu’ils sont unanimes  « à dénoncer la tendance au catastrophisme des médias et des politiques. La recherche du sensationnel par les journalistes, relayés par les politiciens qui font de problèmes à long terme des arguments électoraux, des effets de mode qui  faussent la présentation des débats. »

 

 

 

 

 

 

Mon cher Gus, fût-ce possible ? Bof en fut tout abasourdi, désarçonné et ébranlé dans ses convictions.  Comment un homme de sa qualité aurait-il pu être victime de vulgaires propagandistes, le jouet du sensationnalisme des médias,  la victime des mensonges des politiciens,  subjugué par l’effet-nombre des pancartes dans les démonstrations, par les lamentations et les réclamations apparemment si justifiées des enfants de la maternelle,  comment aurait-il pu, lui,  être incapable de distinguer entre l’ivraie et le bon grain, entre l’émotivité des meneurs de claque et la vraie  science et  ses humbles serviteurs. Gus, l’eusses-tu cru? Ton Prof vautré dans l’irrationnel et la fange de l’émotivité !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Petit « à coté… »

Petit intermède optimiste

 

Gus, un homme intelligent desserre sa cravate quand il se sent étouffé.

 

Voici quelques relâchements du nœud de cravate accomplis dans les pays dits avancés.

(Petites capsules d’optimisme  qui sont les réponses du peuple et des politiciens au problème soulevés par les  chercheurs)

 

 

Les techniques modernes sont responsables de bien des sources de pollution. Ce sont encore  les recherches techniques qui dans bien des cas apportent le remède.

 

Il reste que les pays les moins avancés polluent de plus en plus sans avoir  les moyens (techniques ou richesses) d’apporter les correctifs.  En phase d’expansion  ils se voient obligés de repasser par la phase du charbon  comme l’a fait l’Occident depuis la Révolution industrielle.

 

Il ne suffit pas d’être riche pour polluer, il faut l’être cependant pour corriger  les situations qui dans certains cas apparaissent comme des luxes.

 

Et saluons le Prix Nobel de la Paix  en 2004 qui va à une africaine qui a politiquement amorcé le reboisement de son pays.

 

De 1979 à 1985, la consommation a diminué de 15%. La crise  a fait le  succès de la petite voiture et a fait chuter  les prix du pétrole pendant deux décennies, ce qui malheureusement  a intoxiqué  Général Motors … qui paye aujourd’hui.

 

Vingt sept autobus mus à l’hydrogène depuis 2003 circulent dans quelques villes européennes et ont déjà parcouru un million de kilomètres et transporté 4 millions de personnes. Ce n’est plus, parait-il, une question de technologie, mais de compétition  au plan  économique.

 

 

Aux USA, la voiture moyenne a amélioré son rendement de 60%.  La grosseur a diminué même si… ..Meilleurs  résultats dans d’autres pays.

 

Durant la dernière génération on a doublé l’efficacité d’une  unité d’énergie.

 

Le recyclage est devenu une règle dans les villes modernes.

 

La voiture moderne contient la moitié du métal des voitures d’il y a vingt ans.

 

On a doublé l’efficacité d’un baril de pétrole depuis 1975.

 

Pour les communications, un câble en fibre optique vaut 625 fils de cuivre. Sans parler des satellites…etc

 

Un CD de quelques sous peut remplacer des rames de papier.

 

Des fleuves, des rivières, des lacs, des villes sont moins pollués aujourd’hui qu’il y a un siècle…

 

Les émissions de polluants sont de mieux en mieux et de plus en plus contrôlées. Usines, centrale thermique et voitures sont de plus en plus « propres ».

 

Des  milliers d’ingénieurs sont dans la course à la voiture non polluante… ou presque.

 

On s’organise de mieux en mieux pour recycler ce qui peut l’être.

 

Grâce aux progrès techniques, le coût des énergies renouvelables (soleil et vent), diminue de plus en plus. A part certains utopistes, ce ne sera toujours qu’une énergie d’appoint… à moins que le vent fasse mieux sa part et obéisse aux injonctions ou aux supplications des politiciens.

 

Les truites pensent à retourner dans la Bronx River qui, il n’y a pas si longtemps, avait l’air d’un réservoir pour vidange de radiateurs.

 

Gus, tout ça et plus encore pour montrer que le bon sens peut être aussi sinon plus efficace que les visions apocalyptiques.

Etc. etc.

 

Une seule forme de recyclage que Bof déplore ;

les catastrophistes  patentés qui n’en finissent pas de recycler toutes les peurs antiques et solennelles que l’humanité a cultivées et entretenues  depuis la tragique expérience du déluge.. Spleen et peur de vivre, dirait Baudelaire.

Gus, pour  mettre à jour ta formation, tu peux  consulter

http://www.portail-environnement.com:80/partenaires.php

 

 

 

Accueil 

Titres de noblesse écologique et chemin de Damas

Brigades de choc et nouveaux croisés. Les faits, les idées, les passions. Du rationnel à l’irrationnel. Du casseur au philosophe.  L’univers des groupes de pression intéressés.

Tableaux et graphiques  qui parlent de réchauffementArt de mentir sans mentir mais

Statistiques et bikini. Mythes, erreurs et réalité. Du bon usage des chiffres.

 (courbes apocalyptiques --  faim dans le monde --  disparition des espèces --  surpopulation --    déclin des forêts -- El Nino – déchets -- température et réchauffement)

Statistiques et bikini (2)

  (pluies acides -- poumons de la terre --  victimes de la pollution – Seveso --

     jouets en PVC dioxines -- hivers d’antan --  Tchernobyl -- énergie éolienne)

Statistiques et bikini (3)

  (Effet de serre -- Onu : IPCC – arctique -- couche d’Ozone -- certitudes et incertitudes -- modèles informatiques --  températures passées – facteurs à considérer)

Greenpeace ou les déboires de la vertu.

 

À noter :Ce site s’étant amplifié exagérément, il a donné lieu à un autre site qui lui sert de complément :

ALARMISME  et catastrophisme

HISTOIRE DE peurs et de LA PEUR  DEPUIS TROIS GÉNÉRATIONS.

hISTOIRE DES PETITES PEURS DE NOTRE TEMPS…

1.  mémoires d’outre tombe  ABcd,  e,

 

150 tragédies vécues par l’auteur au gré de l’actualité.

Prudence et humour comme  bouées de sauvetage

Avoir survécu  comme ultime argument… contre la panique

2. Alarmisme Professionnel : nature, techniques, dangers,  coûts, etc.

 

 

 

 

SUITE >Brigades de choc et nouveaux croisés >

 

PHILOSOPHER AVEC le prof BOF >>>

 

« être sérieux sans se prendre trop au sérieux »

 

NOUVEAU

CAPSULES: le prof bof pour les nuls ou les gens pressés>>>>

Brefs extraits ou capsules tirés des 30 sites du prof bof

 

A propos de

l’être humain

Petite histoire

des mentalités

divers

 

ORIGINALITÉ DE L’HOMME

HASARD ET EVOLUTION

LIBERTÉ (Une ILLUSION?)

CRÉATIVITÉ ET INVENTION    

SEXUALITÉ HUMAINE  

AGRESSIVITÉ (INNÉE ??)

TRAVAIL (Nature/histoire)

TOLÉRANCE (Jusqu’où?) +  

+++Relativisme éthique

 

 quête du bonheur

 

1.    MENTALITÉ PRIMITIVE

2.  PHILOSOPHIE GRECQUE  

3.  Monde CHRÉTIEN

4.  Monde moderne.(16e).   

5. LE SIÈCLE DES LUMIÈRES

6. 19e siècle (Scientisme)

7. Le 20e siècle 

8. Le 21e siècle

 

BRICOLAGE

 

(mON vERSAILLES À MOI)

 

GÉNÉALOGIE

 

(récents)

islam, islamisme, mahomet et le coran.

Le 21e siècle

. Alarmisme et catastrophisme

1, La quête identitaire.

2. gauche / droite

3. eINSTEIN EN IMAGES.

4. société de consommation

5. Mondialisation

7. le terrorisme

 

8. Écologie et catastrophisme

 

9. LA RÉVOLUTION  INDUSTRIELLE

 

Pour nous rejoindre

 

Il y a près de 15 000 liens hypertextes sur les sites (pages ou images).

Ne vous gênez pas pour nous signaler les liens défectueux ( et même les fautes dans le texte)